LA SPIRITUALITÉ DES MARLIÉRAINS - http://www.omega-3.forum-canada.com
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 27 - LE ROYAUME DE DIEU
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptySam 20 Juin - 11:29 par Admin

» 36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyDim 13 Oct - 19:44 par Admin

» 26 - LA RELATION
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 22 Mai - 8:45 par Admin

» 12 - RENAÎTRE À L'AMOUR DE DIEU
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyDim 6 Nov - 10:21 par Admin

» 17 - LE BAPTÊME
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptySam 9 Jan - 18:20 par Admin

» 16 - LE MAL..
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptySam 2 Jan - 20:22 par Admin

» 18 - LA VIERGE MARIE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 30 Oct - 11:27 par Admin

» l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 16 Sep - 18:40 par Admin

» 6 - LA CRÉATION D'ORIGINE.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptySam 9 Mai - 15:24 par Admin

» 9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 7 Nov - 20:38 par Admin

» 31 - CRÉATIONNISME OU ÉVOLUTIONNISME ?
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyJeu 3 Juil - 20:08 par Admin

» 25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 20 Juin - 11:04 par Admin

» 35 - DIVERS....
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyDim 9 Juin - 17:31 par tyjaro

» LE COIN DES MEMBRES
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyDim 31 Mar - 14:01 par tyjaro

» 28 - LA CONCEPTION DU ROYAUME DE DIEU
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMar 17 Jan - 17:04 par Oméga3

» 29 - LE MYSTÈRE DU ROYAUME DE DIEU
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyDim 16 Oct - 19:55 par Oméga3

» POUR CONSULTER LA BIBLE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 12 Oct - 21:10 par Admin

» 7 - L'ÉDEN ET LE MAUVAIS CHOIX ORIGINEL
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMar 27 Sep - 8:23 par Oméga3

» VOUS AVEZ DES QUESTIONS ? DES DOUTES ? DES COMPLAINTES ?
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMar 30 Aoû - 14:23 par Admin

» 8 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - l
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptySam 6 Aoû - 9:41 par Oméga3

» 34 - FAUT-IL CONVERTIR LES CATHOLIQUES AU CHRISTIANISME ?
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 15 Juin - 17:18 par Admin

» 33 - NOTRE PÈRE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 6 Juin - 21:06 par Admin

» 32 - POUR LA SURVIE DE L'HUMANITÉ
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:59 par Admin

» 30 - LA SCIENCE OU LA CONNAISSANCE DIVINE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:57 par Admin

» 24 - L'AMOUR DE DIEU
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:45 par Admin

» 23 - DIEU...
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:44 par Admin

» 22 - LA VÉRITÉ
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:43 par Admin

» 21 - LA PENSÉE MÉTAPHYSIQUE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:42 par Admin

» 20 - LES ENFANTS SPIRITUELS
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:40 par Admin

» 15 - L'INSTANT ET LE MOMENT
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:31 par Admin

» 14 - LE MARIAGE CHRÉTIEN
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:30 par Admin

» 13 - L'ARBRE DE LA VIE ET L'ARBRE DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:28 par Admin

» 11 - L'AMOUR
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyLun 30 Mai - 15:23 par Admin

» 10 - LE MONDE DE DIEU ET LE MONDE DES HOMMES.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyJeu 5 Mai - 11:52 par Admin

» 5 - L'ACTE CRÉATEUR.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 22 Avr - 16:43 par Admin

» 4 - LA GRATUITÉ DIVINE.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 22 Avr - 11:58 par Admin

» 3 - GLOSSAIRE.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyVen 22 Avr - 11:55 par Admin

» 2 - L'OEUVRE DE L'ABBÉ MARLIÈRE DANS SON ENSEMBLE.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 20 Avr - 22:17 par Admin

» 1 - PRÉAMBULE.
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 20 Avr - 22:16 par Admin

» LA SPIRITUALITÉ DE L'ABBÉ FRÉDÉRIC MARLIÈRE
36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ EmptyMer 20 Avr - 22:11 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ

Aller en bas

36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ Empty 36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ

Message  Admin le Lun 22 Juil - 18:23


La Nuptialité divine en l'Agir nécessaire de l'Acte créateur de Dieu, c'est la Relation d'amour nuptial entre Dieu le Père et Dieu le Fils en Binité, à laquelle tout chrétien est invité à se joindre en tant que Fils adoptif du Père à l'eucharistie, et qui est si parfaite qu'elle spire ou fait surgir Dieu l'Esprit Saint..l'amour géniteur, Celui qui engendre ou fait naître dans le Royaume selon la Parole de Jésus à Nicodème : nul, s'il ne naît de l'eau et de l'Esprit ne peut voir le Royaume des cieux. (rappel : l'amour nuptial ou l'amour divin..l'Amour, c'est celui qui 'veut que l'autre 'soit').
 


36 - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L’AMOUR NUPTIAL ET DE LA SAINTE TRINITÉ

Mon Père est toujours à l'œuvre et moi aussi - Jean, 5, 17.


L'ACTE CRÉATEUR EN SON AGIR NÉCESSAIRE


(1)  La Nuptialité divine de l'Acte créateur en son Agir nécessaire, c’est tenter de décrire en simples mots humains l’indescriptible mystère de la Sainte Trinité et comment Elle se donne Elle-même la Vie..l’Être, et comment Elle donne la vie à sa créature..l’être, en son Agir libre et continu.

Nous verrons donc comment la Trinité a pris naissance..comment elle est liée à l’eucharistie, et comment l’eucharistie est le secret de nos origines et de notre salut.

Tout débute donc par la première Kénose* de Dieu le Père alors que dans son Éternel Instant, alors qu’il n’y avait rien, (..rien de créé)..qu’il n’y avait que le Père seul, Celui-ci renonça au Désir légitime de devenir Quelqu’un..un Personnage, (..un terme réel), et consentit librement à assumer sa Divinité. Ce fut sa première Kénose qu’Il assuma de tout son Être tout comme son Désir de se donner des Enfants qui partageraient sa Vie et sa Demeure avec Lui pour l’Éternité. Mais sachant qu’Il ne pouvait créer sans risquer de disparaître à tout jamais tel que le requiert la création ex nihilo, à partir de rien, du néant..qui demande une mort à soi-même, (..car qui L’aurait ressuscité ?). Il lui fallait donc engendrer un autre Lui-même qui accepterait de devenir ce rien, ce néant, ce vide, à partir duquel serait suscitée ou tirée sa création. Ce fut sa deuxième Kénose, un Don cette fois, alors qu’Il a 'voulu que l'Autre 'soit', alors qu’Il accepta de partager toute sa Divinité avec une autre Personne : son Fils. À cause de son UNITÉ de nature qui fait que sa Paternité ne peut engendrer qu’une seule fois, (..d’où son Fils UNIQUE), le Père épuise alors toute sa Paternité afin d’engendrer un Fils..le Verbe éternel, (..credo : ..né du Père avant tous les siècles). Il Lui communique alors toute sa Divinité, sa GRATUITÉ..sa Nature divine, si bien qu’on peut dire que voir le Fils c’est voir le Père et voir le Père c’est voir le Fils. Mon Père et moi nous sommes UN dira le Christ par la suite. L'Acte créateur en son Agir nécessaire est d'abord une Kénose ou une certaine incarnation de la Nature divine de Dieu le Père en son Fils, le Verbe éternel. C'est le Père qui communique sa Nature divine, sa Divinité, à son Fils, de façon a quo,, (..c’est-à dire de Lui à son Fils). Il engendre, (..ou met au Monde), un Fils aussi parfait que Lui-même, (..de même Nature que Lui, mais sans rien perdre de sa Divinité à cause de son IMMUTABILITÉ de nature qui fait qu'Il demeure toujours le même).

(2)  Dans l’Agir nécessaire de l'Acte créateur, il existe une relation amoureuse intime si parfaite entre Dieu le Père et Dieu le Fils en Binité d'amour nuptial alors que, (..dans sa phase nuptiale), le Fils désire tellement que le Père 'soit' Paternité, et le Père désire tellement que son Fils 'soit' Filiation, et de par l’INFINIE perfection des deux personnes divines, qu’Ils spirent, (..dans sa phase trinitaire), ou font surgir une troisième Personne : l’Esprit Saint..le fruit de leur amour nuptial, et ces trois Personnes divines constituent ce que les chrétiens appellent la Trinité..trois personnes divines en une seule et en unité parfaite.  

La Nuptialité divine qui se réalise dans l’Acte créateur de Dieu en son Agir nécessaire, (ad intra, (..c'est-à-dire à l'intérieur de la Trinité), représente le fondement même de la Trinité. C’est un Acte nécessaire car il est nécessaire que Dieu 'soit'. Dieu ne peut pas ne pas être. Dans la Nuptialité divine de cet Agir nécessaire les trois Personnes divines se livrent complètement l’une à l’autre dans l’Amour le plus pur. Elles s’oublient totalement au profit de l’Autre à un point tel qu’il ne reste plus que la Relation. Et nous avons la définition la plus parfaite qui soit de l'amour nuptial comme GRATUITÉ. Ainsi le Père est tout entier dans sa Paternité, (..l’Acte d’engendrer) ; le Fils, (..le Verbe éternel), tout entier dans sa Filiation, (..l’Acte d’être engendré), et l’Esprit Saint tout entier dans sa Spiration, (..l’Acte d’être spiré). C’est leur fonction de Relation, leur Mission, dans la Pensée du Père et dans l’intimité de la Trinité. Les trois Personnes sont alors en parfaite unité, une UNITÉ qui s’engendre par elle-même, en elle-même, et pour elle-même..l’unité générique.

La Nuptialité divine en phase nuptiale entre le Père et le Fils en Binité, c’est aussi le fondement ou la naissance de l’amour nuptial créateur, l’amour divin..l’Amour dans toute sa pureté..UN, UNIQUE, INFINI, ÉTERNEL, IMMUABLE, IMPASSIBLE, SPIRITUEL, INTEMPOREL ET SUBSISTANT..à la ressemblance de Dieu.

La Nuptialité divine s’achève donc en phase trinitaire par la spiration de l’Esprit Saint qui vient compléter ou fonder la Sainte Trinité.

(3)  L’ACTE CRÉATEUR EN SON AGIR LIBRE ET CONTINU
 
Vient ensuite l’Acte créateur dans son Agir libre. L’Agir nécessaire ne forme qu’UN avec l’Agir libre de Dieu. Dès lors qu'Il décide de passer de son Agir nécessaire à son Agir libre, Il passe de l’Absolu au relatif..de l'incréé au créé. C'est l'Acte créateur libre ou l'Acte d'être, (..l'Acte créateur libre est l'Acte d'être et l'Acte créateur nécessaire, l'Acte d'Être). L'Acte créateur libre est un Acte continu contrairement à l'Acte nécessaire éternel. L'Acte nécessaire se réalise dans l’intimité de la relation trinitaire, (ad intra), alors que l'Acte libre se réalise hors de la relation trinitaire, (ad extra), et implique la personne de Marie..la Vierge préexistante. Marie a donc permis le passage de l’Agir nécessaire à l’Agir libre dans l'Acte créateur de Dieu.

Dès que paraît le Verbe éternel de l’amour nuptial du Père, (de sa deuxième Kénose, ci-haut), Celui-ci Lui confie une Mission créatrice,(..celle de Lui donner des enfants), que le Fils accepte, con-sent, mais auparavant Il Lui faut recevoir la nature humaine de sa Mère, Marie, (..le Christ tient de son Père la Nature divine et de sa Mère la nature humaine !). C’est alors que paraît le Verbe créateur, le Christ préexistant, Celui qui possède à la fois la nature humaine et la Nature divine en Lui, né du Père avant tous les siècles..symbole de Nicée-Constantinople..conçu du Saint-Esprit, et né de la Vierge Marie..(..symbole des apôtres). ll est conçu de l'Esprit Saint Enfant spirituel, Conception Immaculée, (..thème 20), et Marie enfante alors son Corps spirituel, conçu de son Époux, l'Esprit Saint..de nature humaine, (créée), de l'amour nuptial créateur, de Marie..la relation.

(4)  Dans cet Agir libre de l’Acte créateur, il s’agit pour le Verbe éternel d’un Acte d’Amour, d’une Kénose, d’un véritable anéantissement de sa Personne..d’une mort ontologique à Lui-même, d'un abaissement au même niveau que sa créature, (..d'une incarnation ontologique..un grand acte d‘humilité)..d'un effacement, alors qu’Il accepte de se faire Présence..de Personne qu’Il était..de mourir à Lui-même afin de se faire rien, néant..non-être. Il doit renoncer à son titre de Fils unique, afin que le Père puisse se donner des Enfants d’adoption. Sa kénose créatrice ou la mort ontologique à Lui-même représente le plus grand Acte d’Amour qui 'soit'. Seul le Dieu de Jésus-Christ pouvait créer par Amour, car Lui seul, par sa Trinité de Personnes pouvait sacrifier son Fils éternel, (..comme Personne divine et non comme Nature divine), assuré qu’Il était de pouvoir le ressusciter, (..la personne est une 'présence' relationnelle ou un être de relation à cause de la relation qui Lui a été donnée par la Vierge Marie à l’Origine..la nature humaine).

Pour réaliser sa Mission rédemptrice de toute l'humanité, le Verbe éternel comme Personne divine, (..hors de la relation trinitaire ou ad extra), a dû également renoncer à son IMPASSIBILITÉ, un trait de sa Nature divine qui fait que rien ne peut l'affecter ou le toucher en sa Personne..afin de se rendre passible, (..afin de connaître la souffrance).

La différence entre l’Agir libre et l’Agir nécessaire, c'est que l’Acte créateur en son Agir libre n'était pas nécessaire. Dieu n'étant pas obligé de créer après avoir réalisé son Acte nécessaire mais Il l'a quand même fait gratuitement par Amour pour nous en toute liberté. L'Acte créateur libre s'inspire de l'Acte nécessaire pour faire de l'Homme un Dieu car il apparaît que Dieu, (..le Père), n'a pas voulu en faire seulement une créature mais un autre Lui-même..un Dieu..tout comme Il l'a fait pour son Fils unique, le Verbe éternel, en lui communiquant sa Nature divine à l'eucharistie par l'incarnation en acte. L'Acte nécessaire, ad intra, est le modèle qui inspire l'Acte créateur, ad extra, ou hors de la Trinité. L’Acte créateur dans son Agir libre est également un Acte continu, (..c'est la 'création continuée' de saint Thomas d'Aquin).  

Le Verbe éternel étant imparticipable, c'est-à-dire ne pouvant communiquer sa Nature divine par mode de participation, (..rayonnement),  (..pourquoi ? parce qu’il fallait que le Verbe éternel se mette au même niveau que sa créature et que n’ayant pas la nature humaine en Lui, Il ne le pouvait pas). Il fallait donc qu'Il s’incarne en sa créature d'abord comme Verbe créateur ou Christ afin de se rendre participable. Si nulle créature ne peut créer, un Dieu non plus, mais un Dieu-créature ou un Dieu-Homme hypostatiquement consubstantiel ou de même nature que sa créature le peut. Et c'est Marie qui a donné la nature humaine au Verbe éternel Lui permettant de devenir ce Verbe créateur ou ce Christ, (..l'Homme-Dieu), lui permettant ainsi de communiquer sa Nature divine à la nature humaine de sa créature par l'Incarnation en acte, (..l'incarnation ontologique). 

(5)  Mais comment Dieu nous-a-t-Il créés ?

Tout le créé, la Création, n’est qu’une relation à la Pensée du Père et à l’Acte d’Amour du Fils, (..rappel : l'Amour c'est 'vouloir que l'autre 'soit' et un acte d’Amour créateur c'est une décision consciente, libre, volontaire, et surtout gratuite, de 'vouloir ou de permettre que l’autre 'soit'..qu’il paraisse). Et cette relation est de l’ordre de l’être. Et nous avons tous été créés dans le Réel ontologique de l’Éden.

C’est la Parole de Dieu, le Verbe créateur, son Fils, le Christ, qui a suscité ou tiré du néant tout ce qui 'est' dans son Monde, (..et qui 'existera' par la suite dans notre monde). Mais c’est l’amour nuptial créateur du Père, l'Amour, qui donne l’être..la vie, aux présences suscitées ou tirées du néant par le Christ, en les mettant en sa présence. La Création est un Don d'Amour du Père..de son Amour diffusif. Le Père profère sa Parole ou envoie son Verbe créateur, le Christ, avec mission de Lui présenter la Création afin de lui donner l’être tout comme l’aimant envoie ses lignes de force pour ramener à Lui les créatures en 'présences' relationnelles ou encore comme le soleil envoie ses rayons pour éclairer les corps et les faire paraître. Ainsi en est-il de ma Parole qui sort de ma bouche. Elle ne revient pas à moi sans effet, mais elle exécute ce que j’ai voulu - Is. 55,10-11. La Parole de Dieu est créatrice de 'présences' ontologiques spontanément, comme elle éclaire tout homme venant en ce monde. Dire les choses ou les nommer pour Dieu c’est les créer en sa Présence. Connaître pour Dieu c’est créer. En les disant, Il les distingue et leur donne l’être : Il les situe en sa dépendance, en relation à Lui. Ainsi tout le suscité par le Fils vient à l’être par sa relation au Père, dans et par le Verbe ontologiquement incarné..le Christ préexistant, premier-né de toute la Création - Col.1,15. Car c’est en Lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être - Actes, 17, 28. Ce mouvement créateur, qui meut la créature vers son Principe, donneur d’être, est un mouvement d’Amour gratuit, parti du Père, comme Verbe en mission, ad extra, et qui revient en Verbe incarné Lui présenter la Création. Le Père n’a pas changé de Nature à cause de son IMMUTABILITÉ, mais son Verbe s’est incarné et sa Création a pu paraître.

Précisions : La création d’Origine est un Monde de 'présences' participées ou rayonnées 'de' la Présence créatrice du Verbe incarné. La Parole de Dieu qui est aussi le Verbe créateur, la Présence créatrice, le Christ, est créatrice de 'présences' ontologiques, spontanément, par mode de participation, (..rayonnement), sans 'avant' ni 'après', (..INTEMPORELLES), en participation de la GRATUITÉ DIVINE. C’est la même Relation de Filiation que celle qui a engendré le Verbe éternel, (a quo : de Dieu à son Fils), (..UNE et SUBSISTANTE), qui cette fois, (..ad quem : de la Création à Dieu le Père), en passant par le Verbe incarné, se fait multiple et diversifiée en Présence d’immensité. Le Verbe créateur, éclairant tout homme venant en ce monde, opère en lui l'individuation des êtres et des choses, et leur donne l'être, dans la mesure où Il les présente à son Père..les met en sa présence. En vérité, c’est la Parole de Dieu le Verbe, qui est créatrice à partir de rien, et ce 'rien', et cet ad extra ou hors de la Trinité, ne doit pas s’entendre comme un départ ou une extériorité réelle..un terme réel. Tout est proféré dans l’intimité divine ; il n’y a aucun terme réel dans la Création. C’est la GRATUITÉ DIVINE du Père qui se donne en participation, (GRATUITÉ participée ou rayonnée), et qui donne l'être..à son image. C'est la présence du Christ-en-nous qui nous constitue dans l'être, qui nous crée donc. La Création est l'œuvre commune des trois personnes divines, (..Thomas d'Aquin)..le Père crée le monde par son Verbe créateur, hors de la relation trinitaire, par la double fécondité de connaissance et d'Amour, car il y associe son Esprit.
 
(6)  L’EUCHARISTIE, LE SECRET DE NOS ORIGINES ?

Mais comment l’eucharistie peut-elle être liée à nos origines ? Quel rapport entre notre création et l’eucharistie ? Quelle rapport entre l’eucharistie et l’Acte créateur dans son Agir libre ?

C’est que l’eucharistie résume toute la création en son déroulement intime..oblation ou offrande..consécration..communion..action de grâces. L’eucharistie est un tout rigoureusement indissociable et en unité générique en ses 4 phases, qu’il ne faut jamais séparer  :

L’OBLATION OU L'OFFRANDE : La Nuptialité divine en son Agir nécessaire est d’abord une oblation alors que chaque Personne divine s’offre totalement aux deux autres Personnes en toute GRATUITÉ. Le Père est tout entier dans sa Relation de Paternité, (..l’Acte d’engendrer)..le Fils est tout entier parfaitement et exclusivement dans sa Relation filiale, (..l’Acte d’être engendré)..et l’Esprit Saint tout entier dans sa Relation de Spiration. Il procède de l’Amour réciproque du Père et du Fils.

LA CONSÉCRATION : Il s'agit du sacrifice ou de l’immolation de la Personne du Verbe éternel en son Agir libre, (..Kénose ou mort ontologique dans l'eucharistie éternelle, Kénose ou mort historique dans l’eucharistie existentielle).  

LA COMMUNION : C’est la 'circumincession' ou la parfaite eucharistie alors que dans l’eucharistie éternelle, les trois personnes divines sont tellement livrées, données, l’une à l’autre, dans une réciprocité si absolue, qu’elles ne font plus qu’UNE rigoureusement parlant, comme substance, comme Acte d’Être..comme Nature. Nous avons alors l’UNITÉ la plus parfaite, la fusion sans confusion de chaque personne divine demeurant ce qu’elle 'est' comme relation mais tout en ne faisant qu’UNE.

L’ACTION DE GRÂCES : Il peut paraître surprenant d’attribuer à Dieu un comportement qui ne semble convenir qu’à sa créature..remerciement et gratitude !  Il n’y a pas de mots pour l’exprimer. Elle est le fruit de cette mystérieuse 'circumincession' en explosion de Joie et de Bonheur qui exalte à l’INFINI les trois divines Personnes dans leur étreinte amoureuse d’une densité absolue.

(7)  Mais le seul but de la création étant l’élection ou de naître de l'Esprit, tel que le désire l’éternel Dessein ou Plan du Père, nous ayant prédestinés à être ses fils adoptifs par Jésus-Christ, la création est de soi une élection. Dans l’eucharistie primordiale, (..qui, elle, s’est réalisée en Éden), le couple humain Adam et Ève qui possédait toute la race humaine en lui ont refusé l’élection ou l’adoption divine. Seules les Personnes du Christ et la personne de Marie présentes se sont offertes librement en oblation. Ainsi s’est réalisé une double consécration sous la mouvance de l’Esprit Saint, à la phase trinitaire ou à l'épiclèse, suivie de la communion et de l’action de grâces. On peut dire ainsi que l’eucharistie est le secret de nos origines, (..création), et de notre salut, (..élection), (..création-élection)).

L’eucharistie existentielle dans notre monde  1) participe* ou rayonne, dans l’Instant ou dans le temps de Dieu de l'eucharistie primordiale de l’Éden,  2)..et de l’eucharistie éternelle du Royaume !


………………………………………....



Dernière édition par Admin le Mar 10 Mar - 11:45, édité 9 fois
Admin
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

36 a - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ Empty 36 b - LA FOI

Message  Admin le Dim 13 Oct - 19:44

36 b - LA FOI

La Foi, cette vertu théologale qui rend juste


SYNOPSIS : Qu'est-ce que la foi chrétienne ? La foi chrétienne comme telle est d’abord un sentiment qui relève du cœur de la personne et une conviction qui relève de la volonté et de l’esprit du personnage, dont la qualité, la ferveur, et la fermeté sont très variables d’un sujet à l’autre. La Foi, ce n’est pas seulement de croire que Dieu existe mais à tout ce qui touche à son Monde spirituel - thème 10.

La vraie Foi est d’abord une autre façon de penser, de voir, de vivre et de faire, de sentir et de respirer, qui n’est pas de ce monde, mais du Monde de Dieu, car il n’y a que la personne qui peut y accéder, (..rappel : la personne que tout Homme possède en lui est un être entièrement spirituel, situé sous le personnage qu’elle anime : personne = corps spirituel + âme spirituelle).  

«Si vous aviez de la Foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : déracine-toi et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi»,  (Luc, 17, 6).

Comme science de Dieu, la théologie se propose..elle ne saurait s’imposer. Et si la théologie n’est pas la Foi, on ne saurait les séparer. La Foi sans la théologie est subjective et menace toujours de s’abandonner au fidéisme, c'est-à-dire une Foi purement affective, avec les pires dangers. C’est la théologie qui lui fournit une assise objective qui l’éclaire, la nourrit et la soutient, si elle ne la fonde pas.

FOI ET CONFIANCE

La Foi est le premier chemin que prend le Créateur pour parler à sa créature. C’est un chemin de grâce, parce que tout y relève de la GRATUITÉ DIVINE.  C’est le premier chemin parce que Dieu n’en connaît pas d’autre

Sans qu’il n’y paraisse, c’est l’acte essentiel de la personne humaine, dont elle vit comme elle respire, mais qu’il faut bien distinguer de son personnage de chair et de sang. Ce personnage qui nous vient de naissance par procréation, ne connaît pas la Foi du moins la vraie, celle qu’on n’évacue jamais. Il ne croit à rien, car il finit par tout savoir et tout comprendre, comme on possède ce dont on dispose. La personne, par contre, que nul n’a jamais vue, nous vient par création, et elle ne peut que croire, car elle ne tombe pas sous les sens, pas plus que la Résurrection. C’est elle, cependant qui anime son personnage, bien entendu : à cela d’abord il faut croire, car aucun sens ne saurait l’objectiver.  Elle ne dispose d’aucun sens, en effet : elle a seulement la Foi. Car, si elle est bien dans ce monde, puisqu’elle y anime son personnage, elle n’est pas de ce monde. Précisément, elle est d’un Monde où tout relève de la Foi..le Monde de Dieu.

C’est ainsi que la Foi nous apprend que si le personnage meurt, c’est parce qu’il est d’un monde où tout meurt, comme on le voit à l’évidence, alors que la personne ne meurt pas, étant d’un Monde où tout subsiste sans terme*..le créé ne meurt pas plus que son Créateur.
Tout cela est ‘de Foi’, comme beaucoup d’autres vérités..les vraies, celles qu’on n’invente pas, mais qui se révèlent. Car ce qu’on invente, on le découvre parce qu’il tombe sous le sens. Mais tout ce qui tombe sous le sens est de ce monde où tout meurt, alors que les vérités vraies, celles qu’on n’invente pas, sont éternelles. Elles sont du Monde de Dieu. La personne qui anime notre personnage est de ces vérités-là..elle ne meurt pas.
 
C’est pourquoi Il existe plusieurs définitions de la foi chrétienne :

LA FOI NATURELLE est une Foi chrétienne plus ou moins rationnelle, plus ou moins affective, que l’on pourrait comparer à la foi marxiste, existentialiste ou autre.

LA FOI PERSONNELLE est une Foi ‘à la carte’ dans laquelle le chrétien ne choisit que ce qu’il croit être la Vérité.
 
LA FOI OBJECTIVE est un ensemble cohérent de vérités révélées, clairement formulées, qui forment un Tout indissociable auquel le chrétien croit, qu’on appelle un Credo, et qui relève du ‘Dogme’, (..ex. : le symbole des apôtres, le symbole de Nicée-Constantinople…). Il n’appartient pas au fidèle d’y choisir les vérités qui lui plaisent à l’exception des autres et de se composer ainsi une Foi objective dite personnelle, au gré de ses préférences subjectives selon le credo de son choix.

LA FOI SUBJECTIVE, la vraie Foi, est d'abord une autre façon de penser, (..par la pensée métaphysique, thème 21)..de voir, de sentir*, de respirer, de vivre ou de faire, qui n'est pas de ce monde mais du Monde de Dieu car elle relève de la personne qui est la seule à pouvoir y accéder.

Cette dernière est un don gratuit de Dieu..une grâce.

Quand notre Foi concerne Quelqu’un, et qu’elle traduit la confiance que nous lui accordons elle devient de l’Amour. C’est alors que la Foi chrétienne concernant Dieu devient Charité..l’Amour qui nous unit à Dieu, et on la dit théologale, précisément, parce qu’elle est la seule à appréhender, (..saisir), Dieu.

Ainsi, la foi chrétienne, comme vertu théologale, est inséparable de ses deux sœurs, également théologales : l’Espérance et la Charité. Il en va donc de la Foi de ce point de vue, comme de Dieu Lui-même qui est en trois Personnes, rigoureusement inséparables quoique parfaitement distinctes ; et l’on peut dire que la Foi ne va pas sans Espérance et sans Charité ; ou encore que chacun a toujours l’Espérance et la Charité de sa Foi.  L’inverse est aussi vrai d’ailleurs, et il s’agit toujours de la Foi subjective.

Mais il y a aussi une Foi objective, inséparable, elle aussi, de la précédente en ce qu’elle la fonde, l’éclaire et la nourrit. On la dit objective parce qu’elle relève d’un objet bien défini qui est un ensemble de vérités, clairement formulé auxquelles, précisément on croit, et que, pour cette raison, on appelle un credo. Chacun peut comprendre que sans son credo, la Foi subjective ne repose que sur une assise bien fragile qui relève du sentiment, (..une forme d’émotion), faute de quoi elle vacille ou se ramène à une pratique habituelle sans conviction. Elle ne résiste guère, en ce cas, aux épreuves courantes..respect humain, difficultés matérielles, occupations, fréquentations, drames affectifs, deuils…Ainsi avec le temps, se perdent tant de pratiques religieuses qui ne furent jamais que l’expression d’une Foi trop exclusivement subjective ; ainsi de tout fidéisme, (..foi purement affective), ou même du formalisme, (..attaché uniquement aux règles, aux préceptes), qui est une espèce de Foi trop exclusivement attachée à des pratiques ou attitudes sclérosées, (..figées, stériles ou qui n’évoluent pas).

De ce point de vue, il convient de préciser que le credo auquel se réfère la Foi objective est un ensemble cohérent de vérités clairement formulées qui forme un Tout  indissociable qu’on appelle le ‘Dogme’. Il relève de l’Église à laquelle on appartient et de la religion qu’elle pratique. Comme tel, ce ‘Dogme’ est révélé. Il n’appartient donc pas au fidèle d’y choisir les vérités qui lui plaisent à l’exception des autres et de se composer ainsi une Foi objective dite personnelle, au gré de ses préférences subjectives, selon le credo de son choix. Sans doute y a-t-il des vérités très secondaires, ou même facultatives, et qui, de ce fait, ne sont pas ‘de Foi’, mais relèvent d’idées reçues ou d’opinions parfois largement partagées. Elles ne figurent pas au credo officiel et nul n’est tenu d’y croire.  Par contre, s’agissant des vérités fondamentales, clairement exprimées dans le credo, elles constituent le ‘Dogme’ proprement dit et tout fidèle est tenu d’y croire dans leur ensemble, sans exception, quelque soit par ailleurs le niveau de connaissance qu’il en ait personnellement. On comprend de ce point de vue que la Foi objective d’un chacun peut varier, quant à la fermeté de  sa conviction, avec l’âge et la culture. Il lui suffit, pour être honnête et authentique, d’être reçue intégralement et inconditionnellement. Nous nous garderons bien de généraliser, mais il nous arrive assez souvent de constater le peu d’intérêt que bien des fidèles manifestent pour le contenu objectif de leur Foi alors qu’ils sont si curieux par ailleurs de tous sujets profanes, voire parfois légèrement superficiels.

Et encore plus grave, ce constat navrant que trop de chrétiens ignorent que le Dogme comme révélation, ce n’est pas quelque chose mais bel et bien Quelqu’un de parfaitement vivant, le Seigneur Jésus, qui a dit en parlant de Lui-même : ]«Je suis la Vérité». Le Dogme chrétien, en effet, est une certaine forme de Présence réelle du Verbe de Dieu qui vient à nous comme Vérité divine. Aux époques de Foi plus fervente, l’Église a entouré la Bible du même respect qu’elle portait aux Saintes Espèces eucharistiques. Au reste, le chrétien sait-il seulement que c’est cette relation qui le crée comme personne ?  Elle le crée gratuitement, dès sa conception mais elle le constitue ensuite, à l’aune de ses libres comportements relationnels, (thème 26). Et l’on peut dire alors que c’est la Foi d’un chacun qui crée, (..ou décide de), sa personne d’élection, en quoi elle est un être-de-relations, «à l’image et comme ressemblance de Dieu».

Ainsi se révèle cette étrange vertu de Foi comme un ‘supersens spirituel’, mystérieux et exclusif de la personne, capable de Dieu par-delà toute objectivation et finitude, ce Monde de Dieu, subsistant ou qui dure. Ainsi apparaît-elle, grâce divine qu’il convient d’accueillir avec un respect infini et une filiale gratitude. Premier don du Père à son enfant d’adoption dans le sacrement de Baptême, le plus fragile et le plus riche de ses dons parce que tous les autres en dépendent en ce qu’il va les concevoir. En la Foi, en effet, seront mystérieusement sécrétées toutes les grâces dont voudra nous combler l’inépuisable générosité du Père, à la mesure de l’accueil que nous lui ferons et qu’il nous appartient de fixer.

La Foi est aussi la seule vertu comme puissance ou pouvoir, qui ait accès aux divines richesses du Royaume. Sa mystérieuse fragilité lui vient des richesses inestimables, infinies, auxquelles elle nous permet d’accéder, (..et qui ne sont pas de notre monde), et des faibles moyens qu’elle nous offre pour nous les procurer, (..voir la pensée métaphysique, les concepts révélés et la Parole de Dieu), sans  jamais les posséder cependant, car elles sont d’un Monde où il n’y a pas d’avoir, (..le Monde de l’Être). La Foi ne dispose, en effet, d’aucuns de nos moyens humains : sensibilité, activité, intelligence, cultures, et bonnes œuvres éventuelles, puisqu’elle est toute GRATUITÉ de par son Origine. Comme telle, elle ne vient à nous que par le vide de nous-mêmes que nous lui offrons ; et y a-t-il rien de plus fragile et de plus onéreux à la fois que ce vide-là, (kénose) ?

LA FOI SACREMENT DU BAPTÊME

Savoir d’abord que comme sacrement il ne concerne essentiellement que la personne humaine, à l’exclusion de son personnage. La Foi nous vient du Baptême mais seulement à la personne qui est ‘de création’ et destinée à la vie éternelle.

. Nous appelons personne humaine le sujet, corps et âme, ou l’esprit incarné que nous sommes par création divine et qui, en tant que tel, est destiné, et lui seul, à la vie éternelle, thème 19.
 
. Nous appelons personnage cet être humain de chair et de sang qui tombe sous les sens, qui nous a été donné par procréation, qui vit, grandit et meurt, tel un animal supérieur.

. C’est la personne qui anime son personnage à l’aide de tout un réseau de fonctions psychophysiologiques, lui assurant ce que nous appelons couramment la vie humaine, du berceau à la tombe.

. Le personnage est objet de science et d’expérience, alors que la personne, (..et tout ce qui la concerne), relève de la  Foi.

. Quant à la personne baptisée, la Foi nous révèle qu’elle accède alors, et c’est sa résurrection, en participation et sans voile, à cette Vie divine, déjà reçue au Baptême, mais dont le personnage et sa vie temporelle l’empêchaient de jouir.

. Ainsi le Baptême apparaît bien comme une naissance ou cette nouvelle naissance dont parlait Jésus à Nicodème. Elle relève de la Foi et ne concerne que le Monde de la Foi, qui est aussi, il ne faut pas l’oublier, celui de la personne, exilée en ce monde temporel de son personnage.
PROFESSION DE FOI CHRÉTIENNE

Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et
de la terre.
Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été
conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert
sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité
des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu
le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et
les morts.
Je crois en l'Esprit saint, à la sainte Église catholique, à
la communion des saints, à la rémission des péchés, à la
résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.


Symbole de Nicée-Constantinople

Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur
du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ, le Fils unique
de Dieu, né du Père avant tous les siècles : il est Dieu,
né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né
du vrai Dieu, engendré, non pas créé, de même nature
que le Père ; et par lui tout a été fait. Pour nous les
hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ; par
l'Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s'est
fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il
souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le
troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta
au ciel, il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans
la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne
n'aura pas de fin.
Je crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la
vie ; il procède du Père et du Fils ; avec le Père et le Fils, il
reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les
prophètes.
Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à
venir. Amen


*Voir le Glossaire, thème 3.
Admin
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum