Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 12 - RENAÎTRE À L'AMOUR DE DIEU
Dim 6 Nov - 10:21 par Admin

» 17 - LE BAPTÊME
Sam 9 Jan - 18:20 par Admin

» 16 - LE MAL..
Sam 2 Jan - 20:22 par Admin

» 18 - LA VIERGE MARIE
Ven 30 Oct - 11:27 par Admin

» l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE
Mer 16 Sep - 18:40 par Admin

» 6 - LA CRÉATION D'ORIGINE.
Sam 9 Mai - 15:24 par Admin

» 9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll
Ven 7 Nov - 20:38 par Admin

» 31 - CRÉATIONNISME OU ÉVOLUTIONNISME ?
Jeu 3 Juil - 20:08 par Admin

» 25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
Ven 20 Juin - 11:04 par Admin

» 36 - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ
Lun 22 Juil - 18:23 par Admin

» 35 - DIVERS....
Dim 9 Juin - 17:31 par tyjaro

» LE COIN DES MEMBRES
Dim 31 Mar - 14:01 par tyjaro

» 28 - LA CONCEPTION DU ROYAUME DE DIEU
Mar 17 Jan - 17:04 par Oméga3

» 29 - LE MYSTÈRE DU ROYAUME DE DIEU
Dim 16 Oct - 19:55 par Oméga3

» POUR CONSULTER LA BIBLE
Mer 12 Oct - 21:10 par Admin

» 7 - L'ÉDEN ET LE MAUVAIS CHOIX ORIGINEL
Mar 27 Sep - 8:23 par Oméga3

» VOUS AVEZ DES QUESTIONS ? DES DOUTES ? DES COMPLAINTES ?
Mar 30 Aoû - 14:23 par Admin

» 8 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - l
Sam 6 Aoû - 9:41 par Oméga3

» 34 - FAUT-IL CONVERTIR LES CATHOLIQUES AU CHRISTIANISME ?
Mer 15 Juin - 17:18 par Admin

» 33 - NOTRE PÈRE
Lun 6 Juin - 21:06 par Admin

» 32 - POUR LA SURVIE DE L'HUMANITÉ
Lun 30 Mai - 15:59 par Admin

» 30 - LA SCIENCE OU LA CONNAISSANCE DIVINE
Lun 30 Mai - 15:57 par Admin

» 27 - LE ROYAUME DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:50 par Admin

» 26 - LA RELATION
Lun 30 Mai - 15:48 par Admin

» 24 - L'AMOUR DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:45 par Admin

» 23 - DIEU...
Lun 30 Mai - 15:44 par Admin

» 22 - LA VÉRITÉ
Lun 30 Mai - 15:43 par Admin

» 21 - LA PENSÉE MÉTAPHYSIQUE
Lun 30 Mai - 15:42 par Admin

» 20 - LES ENFANTS SPIRITUELS
Lun 30 Mai - 15:40 par Admin

» 15 - L'INSTANT ET LE MOMENT
Lun 30 Mai - 15:31 par Admin

» 14 - LE MARIAGE CHRÉTIEN
Lun 30 Mai - 15:30 par Admin

» 13 - L'ARBRE DE LA VIE ET L'ARBRE DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL
Lun 30 Mai - 15:28 par Admin

» 11 - L'AMOUR
Lun 30 Mai - 15:23 par Admin

» 10 - LE MONDE DE DIEU ET LE MONDE DES HOMMES.
Jeu 5 Mai - 11:52 par Admin

» 5 - L'ACTE CRÉATEUR.
Ven 22 Avr - 16:43 par Admin

» 4 - LA GRATUITÉ DIVINE.
Ven 22 Avr - 11:58 par Admin

» 3 - GLOSSAIRE.
Ven 22 Avr - 11:55 par Admin

» 2 - L'OEUVRE DE L'ABBÉ MARLIÈRE DANS SON ENSEMBLE.
Mer 20 Avr - 22:17 par Admin

» 1 - PRÉAMBULE.
Mer 20 Avr - 22:16 par Admin

» LA SPIRITUALITÉ DES MARLIÉRAINS.
Mer 20 Avr - 22:11 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

Message  Admin le Lun 30 Mai - 15:46

Il s'agit d'approfondir et de mieux comprendre les concepts révélés par l'Esprit Saint et autres sujets qui fondent la Spiritualité des marliérains et par le fait même de simplifier l'ouvrage de l'auteur.

Le 21ème siècle sera spirituel ou il ne sera pas,   (André Malraux).

25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES


(1)  Le présent recueil se veut uniquement un aperçu ou un résumé partiel de cet  ouvrage qui comporte plus de 1600 pages dans son intégralité.   Aussi il n'a pas la prétention de faire autorité en la matière.  Pour celui ou celle intéressé à le connaître davantage, il, (ou elle), peut se référer à l'ouvrage même en faisant : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

(2)  FOI ET RAISON :

Pourquoi y a-t-il si souvent conflits ou oppositions de pensée entre la Foi et la Raison, entre le coeur et l'esprit dans l'âme de la personne humaine ?  C'est qu'à l'Origine, en Éden, le coeur et l'esprit de la personne humaine étaient en parfaite symbiose et elle accédait intuitivement et naturellement à la Vérité de Dieu qui est sa Parole.  Mais comment en est-elle arrivée là ?  C'est qu'à cause du mauvais choix Originel d’Adam et Ève, l'unité entre le coeur et l'esprit s'est rompue chez la personne et la discorde s'est installée en elle-même d'abord et ensuite dans la plurinité.  C'est maintenant la mésentente entre le cœur,  (la Foi), et l'esprit,  (la Raison).  C'est pourquoi il faut donc maintenant chercher à réconcilier le cœur et l’esprit en la personne.

La Raison peut aussi expliquer la Foi.  C'est ce qu'on appelle l'intelligence de la Foi.  C'est ce qu'on devrait pouvoir démontrer en tant que chrétiens, à savoir pourquoi l'on croit en telle ou telle chose, pourquoi l'on croit au christianisme ou aux enseignements du Christ.  Certes la Foi sans la raison peut tenir, mais de nos jours c'est de plus en plus difficile à cause des avancés de la science, du pluralisme religieux, et de tous les courants de pensée nouveaux qui influencent la pensée humaine.  Cependant toute la science humaine ne saurait produire un atome de Foi.  C'est pourquoi il est important d'éveiller la raison au Monde de la Foi et de l'accompagner jusqu'au seuil du Mystère.

(3) L'ÉGLISE DU CHRIST ET LE CHRISTIANISME :

Le Christianisme prend son origine dans le monde des hommes avec la venue du Christ-Jésus sur terre. Le Christ lui-même est le fondateur de son Église qu’Il appelle d'ailleurs son Épouse,  (articles 796 et 808 du C.E.C.).  L’Église en tant qu’institution divine est le Corps du Christ appelé à devenir Corps mystique.  Le Christ en tant qu'Époux,  (Marc 2, 19) forme une seule et même Personne en  binité avec son Épouse qu’Il a assumée, aimée et s'est livrée pour elle  ('le Christ total').  Il l'a purifiée par son sang.  Il a fait d'elle la Mère féconde de tous les fils de Dieu, (article 795 et 807 du C.E.C.)  Cette Personne, (l'épouse), le Christ en est la Tête, (l'Âme), les fidèles en sont le Corps ; elle vit de Lui, en Lui, et pour Lui ; Il vit avec elle et en elle.  (article 807 du C.E.C.).  Et chaque fidèle présent dans l'Église est membre de ce Corps et invité à former UN avec le Christ, dans un même Esprit.

Et c'est Marie qui est la Mère de cette Personne (l'épouse).  Elle est à la fois la Mère du Christ et la Mère de son Église, (article 963 du C.E.C.).   Marie est donc la mère spirituelle de l’Église comme institution divine,  9]](Corps mystique [/i]du Christ), et notre mère spirituelle à chacun de nous.  C’est Marie qui a permis au Christ de posséder la nature humaine en union hypostatique*, avec sa Nature divine,  (cette dernière lui a été donnée par son Père alors qu'il a été engendré comme Verbe éternel...'né du Père avant tous les siècles'...symbole de Nicée-Constantinople).  Le Christ tient donc la Nature divine de son Père et la nature humaine de sa Mère, en la personne de Marie.

C'est à cause de cette dualité de nature que possède la Personne du Christ,  (l'union hypostatique), qu'Il peut rassembler en lui l'humain et le divin par son Eucharistie, là où Il est réellement présent et vivant en tant que Ressuscité.  C'est en ce sens qu'on peut dire que l'Église du Christ est catholique ou 'universelle' parce que dans cette communauté de nature de chacun des chrétiens avec le Christ en sa nature humaine, elle rejoint toute l'humanité.  On peut dire en ce sens qu'il n'y a réellement qu'une seule Église.   Ici il est bon de citer un passage de l’Encyclique 'La Splendeur de la Vérité' du pape Jean-Paul ll, page 7, qui dit : ceux qui, sans qu’il y ait de leur faute, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais cherchent pourtant Dieu d’un cœur sincère, et s’efforcent, sous l’influence de sa grâce, d’agir de façon à accomplir sa Volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, ceux-là peuvent arriver au salut éternel.  Ils peuvent eux aussi faire partie de l'Église-institution divine.

Quant à l’Église-société humaine, Dieu a manifesté sa présence au monde par ses prophètes et son peuple choisi, le peuple d’Israël, afin de préparer la venue de son Fils unique Jésus-Christ.  Elle s’est formée graduellement au fil du temps, à partir d’Abraham, le père des croyants, Moïse, Jacob, en passant par les premières persécutions, les croisades, alors que l’évangélisation s’est réalisée à la façon d’une conquête, suivie de la Réforme et de Vatican ll.  Cette Église n’en finit pas de se structurer comme société humaine si bien qu’on peut se demander ce qu’il va en advenir.  Dans cette Église-société humaine le peuple de Dieu partage une même Foi.  Elle est le rendez-vous de la création restituée au Verbe créateur, le seul point de rencontre par lequel toute l'oeuvre du Créateur fait retour au Rédempteur.  Par son Église le Christ-rédempteur ne fait que restaurer ou reprendre possession de sa création d'Origine.

(4)  RÉVÉLATION, BIBLE ET TRADITION :

La Révélation, c'est l'ensemble des vérités révélées par Dieu par son Esprit, et transmises jusqu'à nous soit par écrit, soit de vive voix.

Il faut comprendre ce qu'est la Tradition de l'Église.  Il ne faut pas confondre la Tradition avec les traditions, les coutumes.  C'est beaucoup plus que ça.  La Tradition a primauté sur la Bible et elle est d'une certaine manière le dévoilement et l'explication de la Bible.  Elle a commencé avec l'Histoire du genre humain.  La Tradition est antérieure à l'Écriture sainte.  C'est l'instruction orale et le premier mode d'enseignement employé par les apôtres.  La Tradition ce sont les vérités enseignées par Jésus-Christ et les apôtres mais par une autre voie que l'Écriture sainte.  La Tradition a un champ plus étendu que l'Écriture sainte.  Ça explique pourquoi certaines révélations comme l'Immaculée-Conception et l'Assomption de la Vierge Marie ne figurent pas dans la Bible.  La Tradition est une source de la Révélation, distincte de l'Écriture Sainte, qui mérite la même foi.  Si la Révélation est immuable, la connaissance que nous pouvons en avoir, est, au contraire susceptible de progrès.

(5)  RÉINCARNATION :

Comment un chrétien peut-il croire en la réincarnation et ensuite réciter son credo à la messe du dimanche ?  La 'résurrection' est la base de la religion catholique et autres religions chrétiennes.  C'est en la résurrection ou la renaissance que réside toute l’Espérance du chrétien.  L'être humain est constitué à la fois d'un personnage et d'une personne.  Ce sont les parents qui procréent le personnage.  Dieu, lui, donne la personne qu'Il crée.  Pourquoi la personne ne peut retourner dans un autre personnage après sa mort ?  C'est que la création tout comme l'élection n'a lieu qu'une seule fois.  Dieu ne crée qu'une seule fois.  L'Acte créateur et rédempteur est UN tout comme Dieu est UN.  Nous avons tous été créés ensemble et en même temps,  (dans l'instant), puis nous avons tous été objectivés ensemble et en même temps,  (dans l'instant), mais à des moments différents.  Pour Dieu nous naissons et mourons tous ensemble et en même temps dans son temps à lui, mais à des moments différents dans notre temps à nous.

En 2, Corinthiens, 5, 1, on dit : nous savons en effet que si notre demeure terrestre,  (qui n'est qu'une tente), était détruite, nous avons un habitacle fait par Dieu, une demeure éternelle dans les cieux, qui n'est pas faite de main d'homme.

La vie sur terre se termine par la mort du personnage.  Ce qui est fait de main d'homme, n'est-ce pas ce corps de chair corruptible qui nous vient par procréation ?  C'est donc lui et lui seul qui meurt et se corrompt, alors que la personne,  (corps spirituel + âme), accède au Monde de Dieu.  Ce n'est pas la vie de la personne humaine qui meurt, mais seulement son personnage qui disparaît.  La personne elle, a le pouvoir de ressusciter dans l'autre Monde, le vrai.

Seul Jésus-Christ pouvait réussir la Résurrection et nous donner le pouvoir de ressusciter avec lui.  Lui seul pouvait satisfaire aux exigences de l'Acte créateur et rédempteur.  Seul le dieu trinitaire pouvait sacrifier une de ses Personnes sans y perdre sa Nature divine et la ressusciter de la mort une fois sa Mission terminée.

(6) PÉCHÉ D’ADAM ET ÈVE :

Nous sommes bien les descendants d'Adam et Ève.  Pour l'Église catholique cette affirmation fait partie de son enseignement,  (articles 374 et 375 du C.E.C.).  Pour les chrétiens catholiques, il s'agit d'un dogme ou d'une vérité de foi que l'Église propose à leurs croyances tout comme le dogme du péché originel.  L'Éden ou le Paradis a bel et bien existé mais il n'était pas terrestre.  L'Éden ou la création d'Origine était(est) un Monde que les sens ne peuvent percevoir..un Monde spirituel, car Dieu ne crée que du spirituel à sa ressemblance.  Face à un interdit que Dieu demandait à Adam et Ève afin de tester leur Amour pour lui, ils ont préféré désobéir à sa Parole.  Tout comme dans la parabole de l'enfant prodigue, ils ont fait le mauvais choix d'aller vivre ailleurs, à leur façon, pour ensuite constater qu'ils étaient beaucoup plus heureux dans la Maison du Père.  Ce n'est pas Dieu qui les a punis.  Ce sont eux qui ont fait ce choix en toute liberté.  Tel un bon Père de famille, Il a respecté leur choix.

Maintenant que l'on sait que ça n'a pas été un bon choix, que notre curiosité est rassasiée, maintenant que l'on connaît toute la non-gratuité qui était cachée dans le fruit de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal, on voudrait bien retourner dans son Monde de GRATUITÉ.  C'est encore possible mais pour cela il nous faut faire le bon choix dans chacune de nos vies personnelles.

(7) LES 3 NIVEAUX DE L’EXISTENCE HUMAINE

L'existence de l'homme se déroule à trois niveaux différents :

1)  LE NIVEAU EXISTENTIEL  (le réel existentiel) :  C'est le monde des hommes, celui qui nous est imposé..le vêtement de peau au sens large avec toute sa non-gratuité, dans lequel se meut le personnage qui n'est pas de création divine, mais de volonté humaine, conséquence du mauvais choix Originel.  C'est la création actuelle, la même que la création d'Origine, mais objectivée, devenue objets, devenue visible.  Dans le symbole de Nicée-Constantinople qui dit : Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du Ciel et de la terre, du monde visible et invisible, c'est la terre ou le monde visible.  Ce monde est condamné à disparaître un jour.

2)  LE NIVEAU ONTOLOGIQUE  (le réel ontologique) :  C'est le Monde des présences ou de l’être, celui de la création d'Origine proprement dite, l'Éden, destiné dans le Plan de Dieu à accéder au niveau d'élection,  (le 3ème ci-dessous).  C'est là que règne en souveraine la personne de création en tant que présence potentiellement humaine et divine.  C'est la procréation qui en fait une personne humaine et l'élection qui en fait une personne divine.  Dans le symbole de Nicée-Constantinople qui dit : Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du Ciel et de la terre, du monde visible et invisible, c'est le monde invisible, le Ciel en puissance.  À la différence du monde existentiel on ne saurait envisager son retour au néant car il est 'de création'.

3)  LE NIVEAU D'ÉLECTION  (le Royaume) :  C'est le Monde de l'Être, le Ciel ou le Paradis pour l'Éternité auquel accède la personne d'élection.  C'est l'état des élus ou des Enfants de Dieu, nés directement de lui,  (engendrés comme son Fils..à son image).
Dans la vie quotidienne ces trois niveaux s'imbriquent et interfèrent continûment
.

(Huit)  L’INCARNATION EN ACTE :

(S'incarner signifie prendre chair).  Il ne faut pas confondre l'incarnation en acte avec l'objectivation du Verbe rédempteur (et le Verbe s'est fait chair) c'est-à-dire l'incarnation historique du Fils de Dieu en Jésus le personnage selon l’article 461 du C.E.C. alors qu'Il est venu en ce monde par l'intermédiaire de la Vierge Marie  (..est né de la Vierge Marie).  Il ne faut pas confondre également l'incarnation en acte avec l'incarnation ontologique, intemporelle, qui, elle, s'est réalisée en Éden, à l'Origine, alors que le Verbe créateur,  (le Christ), a pris chair humaine prime ou première,  (la nature humaine), de la Vierge Marie préexistante, et que grâce à elle, on a tous été créés..on est parus..(à noter que le Verbe rédempteur ou le Christ, était déjà né de la Vierge Marie préexistante en Éden en tant que Verbe créateur avant de s’objectiver sur terre sous le personnage de Jésus et de naître de la Vierge Marie historique, et que la nature humaine c'est celle du corps spirituel de la personne, autant celle de la Personne du Christ que la nôtre).  Mais si l’on veut être rigoureux, ces deux naissances,  (nativité du Verbe créateur à l'Origine, et naissance de Jésus dans l'Histoire), se sont réalisées simultanément dans l’instant ou dans le temps de Dieu.

La vraie incarnation en Jésus-Christ c'est l'incarnation en acte.  C’est un homme semblable à tous les autres, un personnage nommé Jésus, dont la nature humaine,  (celle du Corps spirituel de sa Personne, celle du Christ), que Jésus a assumée en mourant sur la croix par sa kénose rédemptrice,  (sa mort), qui est élevée au même niveau que sa Nature divine, et qui re-naît, res-suscite à la Vie, grâce à l'amour géniteur de la troisième Personne.  C'est cette dualité de nature du Christ qui fait qu'Il est vraiment Dieu et vraiment homme,  (l'Homme-Dieu).

L’incarnation en acte chez la personne humaine c'est sa nature humaine, celle de son corps spirituel, qui est transformée, qui prend forme et qui est élevée au même niveau que la Nature divine du Christ, à la mesure de ses actes.  Et c'est le Christ qui est venu nous enseigner comment l’on peut re-naître divinement grâce à l’amour divin,  (thème 12).  Cette incarnation en acte est toujours actuelle dans l'Église en chacun de ses fidèles en tant que Corps mystique du Christ : en tant que Royaume en devenir.  L’incarnation en acte est une divinisation.  Elle est active en chaque personne dans la nature humaine de son corps spirituel qui accueille l'Amour de Dieu et qui le met en pratique dans sa vie de tous les jours.

L'incarnation en acte ce n'est pas la renaissance de la personne humaine selon l'ancien concept de la personne,  (corps mortel + âme), mais bien selon le nouveau concept de la personne  (corps spirituel + âme).

L'incarnation en acte pour la personne humaine à l'Eucharistie est une re-création suivie d'une re-naissance..une naissance de l'Esprit.  Pour Dieu le Fils, c’est sa nature humaine, son humanité, celle de son Corps spirituel, devenu Corps de résurrection, qui re-naît, res-suscite, et avec lui tous ceux qui lui sont incorporés..dans l'instant.  C'est une nouvelle naissance pour une Vie 'née de l'Esprit'.  

Les Enfants de Dieu peuvent donc tous re-naître par lui, avec lui et en lui, car Dieu le Fils ne fait que ça : Il meurt continuellement à lui-même, à sa Divinité, et renaît grâce à la puissance de son Esprit.  Par Amour pour nous, par son 'vouloir que l'on soit', Il meurt à lui-même et renaît continuellement et éternellement à la Vie grâce à l'amour géniteur de l'Esprit Saint.  Il est donc toujours dans un 'état de mourir éternel' à lui-même suivi d’un 'état de naître éternel', et cela grâce à la puissance de son amour géniteur.  Ses fidèles peuvent donc tous renaître avec lui dans l’instant, par le fait que comme personnes humaines créées elles sont toutes incorporées à son Corps spirituel de nature humaine devenu Corps de résurrection : par le fait que comme personnes créées elles font toutes parties de son humanité : par le fait que Jésus-Christ possède à la fois la nature humaine et la Nature divine en lui,  (à noter que c'est pour cette raison que Jésus-Christ est vraiment Dieu et vraiment homme - art. 464 du C.E.C.).  Et c'est la raison pour laquelle le Verbe créateur, le Christ a pris chair, s'est objectivé, s'est incarné historiquement ; pour montrer à ses disciples l’exemple à suivre pour re-naître dans son Royaume tel que décrit au thème 12,  (voir également (14) plus bas).

(9)  LES CONCEPTS RÉVÉLÉS ET LA DOCTRINE CATHOLIQUE :

Ces révélations issues de la Pensée métaphysique ne viennent nullement en contradiction avec le Magistère* ni avec la Doctrine de l'Église catholique, tout comme elles ne viennent contredire son Catéchisme, sa Tradition et ses dogmes, mais elles les renforcent et les simplifient

(10)  SUR LA VIERGE MARIE :

Marie est une personne qui n'a pas hérité de cette tache ou de cette inclination à pécher  (l'espèce) que tout homme qui vient en ce monde hérite, conséquence du mauvaix choix Originel.  Elle n'a donc jamais connu le péché.  Elle n'a pas hérité de l'espèce (numéro (14) plus bas).  C'est le privilège de l'Immaculée-Conception que Dieu lui a accordé.  Pourquoi ?  Parce que pour qu'elle enfante un Fils, qui, en tant que Dieu, naisse  (sans l'espèce humaine), il fallait qu'Il ait une mère qui fut pure et sans tache..qui n’ait pas cette inclination à pécher.  (note : Marie a été conçue par ses parents Anne et Joachim sans hériter de l'espèce et a conçu un enfant qui n’a pas été entaché également : Jésus).  C'est par le corps procréé ou le corps que l'on a, celui de notre être charnel, de notre personnage, que nous héritons de l'espèce, cette non-gratuitéou cette inclination que toute personne a à pécher et qui est opposée à la GRATUITÉ DIVINE.  C'est la raison pour laquelle sur terre Jésus ne pouvait naître d'une femme qui n'était pas vierge.

C’est la virginité de Marie qui a permis qu’elle enfante l’Homme-Dieu.  Mais ce n'est pas la virginité de Marie que l'on vénère, mais bien sa Foi en la Parole de Dieu, son acceptation inconditionnelle de la Volonté de Dieu.  C'est aussi à cause de sa sagesse, du bon choix qu'elle a fait dès l’Origine et dans l’Histoire et de son rôle très important dans la création du monde à l'Origine et de sa rédemption dans l'Histoire.  On a beaucoup de respect et d'estime pour elle car elle est une personne humaine comme chacun de nous, mais pour qu'elle devienne la Mère de Dieu, il fallait qu'elle soit une personne hors de l'ordinaire.  Aussi parce qu'à l’Origine, elle a pu naître directement de Dieu, d'en-haut..de l'Esprit,, se mettre elle-même au Monde,  s'engendrer elle-même divinement,  (thèmes 18 et 20).

(11)  MARIE CO-CRÉATRICE AVEC LE VERBE CRÉATEUR ET CO-RÉDEMPTRICE AVEC LE VERBE RÉDEMPTEUR :

Tel que le spécifie l'Église catholique : 'la bienheureuse Vierge Marie est invoquée dans l'Église sous des titres divers comme avocate, auxiliatrice secourable, médiatrice, tout cela cependant entendu de telle sorte que nulle dérogation, nulle addition n'en résulte quant à la dignité et à l'efficacité de l'unique Médiateur, le Christ'.

Si cette vérité de foi concernant l'unique Médiateur, le Christ,  (l'intermédiaire entre Dieu et les hommes), a été établie lors du Concile de Trente sous l'inspiration de l'Esprit Saint, l'affirmation selon laquelle Marie est co-Créatrice et co-Rédemptrice ne vient nullement la contredire.

Dieu seul est Créateur, oui, ce qui ne nous empêche pas d'octroyer le titre de co-Créatrice à Marie, celle qui a donné la nature humaine au Verbe créateur,  (au Christ),  (art. 503 du C.E.C.) et à nous tous lors de la création de notre personne, à la condition évidemment d'observer la consigne de l'Église, ci-haut,  (à noter qu'à nouveau, il ne faut pas confondre la nature humaine avec l'espèce humaine - numéro (14),plus bas).

Ça ne va pas à l'encontre de cette vérité de foi que de dire que Marie est co-Créatrice et co-Rédemptrice, car elle l'est dans le Christ..en lui.  Marie a donné seulement(!) la nature humaine au Verbe,  (numéro (14) plus bas).  Ce n’est pas elle qui lui a donné la Nature divine tout comme elle nous a donné uniquement la nature humaine et ne peut nous donner la Nature divine.

Mais il faut quand même rendre à Marie ce qui lui appartient !  

(12)  L'IMMACULÉE-CONCEPTION DE LA VIERGE MARIE :

Dès le premier instant de sa conception, à l'Origine et dans l'Histoire, Marie a été préservée en sa personne du péché originel, (de l’état de péché), et de l'espèce, en son personnage, et elle est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.

(13)  LA KÉNOSE RÉDEMPTRICE DU CHRIST : 

La Rédemption ou la kénose rédemptrice du Christ c’est le Fils de Dieu qui en tant que Rédempteur, que Sauveur, offre sa vie gratuitement dans un Acte d'Amour, pour le salut de tous les hommes.

Cette mort du Fils de Dieu à lui-même, c'est-à-dire son immolation, son anéantissement, son effacement, l'Acte d’Amour de sa part qui constitue un seul et même Acte avec l'Acte créateur, celui qui s’est réalisé dès avant la création du monde,  (Éphésiens, 1, 4), est le plus grand Acte d’Amour qui 'soit'.  C'est d'abord cet Acte d'Amour créateur à l'Origine qui a 'permis que l’on soit', que l’on 'paraisse', en réponse au Désir du Père, à sa Volonté, à son Amour, à son 'vouloir que l'on soit', c.à.d. celui de créer des enfants qui pourraient par la suite être engendrés ou naître de son Esprit et devenir ses Enfants adoptifs tout comme son Fils unique a été engendré de son amour géniteur,  (il est le Fils unique du Père de toute éternité).

(rappel : Aimer, c'est 'vouloir que l'autre soit', et un acte d'Amour c'est une décision consciente, libre, volontaire et surtout gratuite de la part d'une personne de vouloir que l'autre soit et 'l'autre' ça peut être elle-même, l'autre,  (le prochain) ou l'Autre,  (Dieu)).

Dans sa kénose rédemptrice, le Christ,  (en Jésus le personnage), a donné sa vie GRATUITEMENT pour tous les hommes : Ma vie je la donne de moi-même.  Il l’a donnée pour que l’on puisse se re-créer d’abord pour ensuite naître divinement dans son Royaume, tout comme Il l'a donnée à l'Origine lorsqu'Il nous a tous créés en Éden, uniquement pour répondre au désir de son Père de se donner des Enfants d'adoption.  Il n’est pas mort pour satisfaire au péché originel des hommes comme une rançon ou un prix à payer.  Cela est indigne de notre Dieu.  Ça manque de GRATUITÉ.  Il n’est pas mort pour faire la volonté de l’homme, mais pour faire la Volonté de son Père,  (le vouloir de son Père), ce vouloir que l'on soit re-créés d'abord puis ensuite engendrés à son image tel que le Père l'aurait voulu à l'Origine.  Le Christ n'est pas mort principalement à cause des péchés des hommes mais pour faire la Volonté de son Père, pour répondre à son Amour.  Si le sang versé de l'Agneau immolé prend signification de rachat dans notre monde, c'est à cause de nous.  Cet Agneau était déjà immolé dès avant la fondation de notre monde :
Vous avez été rachetés par un sang précieux, celui d'un Agneau sans défaut et sans tache qu'est le Christ.  Cet agneau fut désigné : 'avant' la création du monde et manifesté à la fin des temps à cause de vous,  (1, P, 1, 19-20).

Le mauvais choix d’Adam et Ève et de tous les hommmes en unité,  (le péché originel), n'est même pas le motif de la Rédemption car ce n’est pas à cause de ce péché que le Christ-Jésus a donné sa vie gratuitement.  Seul l'Amour INFINI que le Père a pour nous a déterminé la Rédemption par le Christ.  Le Christ est venu sur terre à cause de cet Amour INFINI que le Père a  eu pour nous et qui nous offre gratuitement son Pardon : qui nous fait Don de son Fils, la victime propitiatrice.  Il nous offre son Pardon en autant qu'on l’accueille, qu'on se repent.  Ainsi le vrai péché c'est le refus de son Amour, l'amour divin, l'amour nuptial, le refus de son Pardon, du Règne de l'Amour.

La création d'Origine impliquait nécessairement la mort ontologique du Verbe créateur, (du Christ), tout comme le Royaume impliquait nécessairement sa mort historique.  C’est donc dans, par, et avec l’Homme-Dieu que nous pouvons devenir Enfants adoptifs de Dieu le Père : par lui, avec lui et en lui.  

Le Christ a vaincu la mort spirituelle qu'il y a en chacun de nous alors que nous naissons tous en 'état de péché'.  C'est en fonction du Christ qui est en chacun de nous,  (le Christ-en-nous), que l'on peut parler de 'rachat' ou de rémission des péchés.  Autrement dit le Christ a vaincu sa mort en chacun de nous mais ce n'est pas principalement pour nos péchés qu'Il a versé son sang.  Ce n'est pas la raison principale.  Il est mort de façon encore plus GRATUITE pour donner suite à l'Acte rédempteur.  La Rédemption par le Fils est la conséquence du mauvais choix Originel ou du péché originel qui nous a laissé 'en état de péché' par suite de la 'perte d’innocence' d’Adam et Ève avec qui nous étions en unité.

(14)  LA NATURE HUMAINE, LA PERSONNE HUMAINE ET L’ESPÈCE HUMAINE :

Il importe de bien faire la distinction entre 1) la nature humaine, 2) la personne humaine et 3)  l’espèce humaine :

1)  La nature humaine :

Ce n'est pas celle qui nous vient à l'esprit instinctivement.
Il s'agit de la nature humaine que la Vierge Marie a donnée au Verbe créateur, au Christ, et indirectement à toute personne humaine créée à l'Origine,  (donc à nous tous), et qui fait que la Personne du Christ,  (le Messie, le Sauveur), possède une dualité de nature, c'est-à-dire qu'elle possède à la fois la Nature divine et la nature humaine en elle.  Et c'est ce qui fait que Marie est co-Créatrice et co-Rédemptrice avec son fils.  Ce n'est pas Jésus qui est le Messie, mais le Christ.  Ce n'est pas Jésus qui sauve, mais le Christ.

Cette nature humaine, cette humanité,  (la nôtre), c'est aussi celle du Corps spirituel du Verbe créateur,  (le Christ), celui-là même qui s'est fait rédempteur par la suite. C'est la nature humaine qui a été élevée au niveau de sa Nature divine par l'incarnation en acte et non l'espèce humaine.  C'est celle du Corps spirituel de la Personne du Christ qui a été transfigurée, transformée en Corps de résurrection par l'incarnation en acte, et qui incorpore par le fait même toutes les personnes d'élection, les élus.

La nature humaine est une relation à la Pensée du Père : une présence à Dieu.  C'est d'abord la présence de la personne de création qui est en Éden qui reçoit son être ou sa vie gratuitement, en unité avec la Présence créatrice du Verbe créateur qui est toujours en Relation avec la Pensée du Père.  C'est aussi la présence de la personne d'élection en Eucharistie qui reçoit son Être, sa Vie, gratuitement, en unité avec la Présence réelle du Christ ressuscité.  La nature humaine de l'homme est donc partie intégrante de sa personne ou de son être spirituel et non de son être charnel, le personnage.  La nature humaine c'est le principe d'activité de son être spirituel, de sa personne.  C'est celle de son corps spirituel et non de son corps mortel.

Dans le cas du Verbe créateur, cette Présence relationnelle à Dieu ou cette Personne, c'est la Présence créatrice du Christ, celle qui a tout suscité du néant à l'Origine et en laquelle on est tous incorporés, qu'on le veuille ou non, et qui est toujours présente dans le 2ème niveau, ontologique..l’Éden.  C'est aussi la Présence réelle, celle de la Personne du Christ ressuscitée ou du Verbe rédempteur, qui est dans le Royaume,  (le 3ème niveau), et qui peut nous donner l'Être, la Vie..nous faire devenir personne divine si l'on y con-sent seulement.

2)  La personne humaine :

La personne humaine c’est celle qui prend en charge cette nature humaine.  Il y a donc une profonde unité générique, invisible à l'œil ou ontologique, entre la personne humaine et sa nature humaine.

Ainsi dans l'incarnation historique,  (art. 461 du C.E.C.*), alors qu'Il s'est objectivé ou existentialisé lui-même, le Verbe créateur devenu rédempteur s’unit à la seule nature humaine et non à la personne humaine.  La véritable incarnation du Verbe rédempteur, l'incarnation en acte, ce n'est pas Nature divine qui descend dans sa nature humaine, mais c'est sa nature humaine qui ontologiquement est élevée ou divinisée au niveau de sa Nature divine,  (numéro (huit)) plus haut).  La personne humaine de Jésus  (qu'Il n'a pas) n’est pas requise pour l'incarnation du Verbe rédempteur en Jésus-Christ et Jésus n'avait pas de personne humaine,  (Il n'avait qu'une Personne divine en lui : le Christ).  Le Verbe rédempteur ou le Christ s’est incarné dans la seule nature humaine de sa Personne en son unité hypostatique* après s'être objectivé sous le personnage de Jésus.  S’Il s’était incarné dans la personne humaine d'un personnage, Il n’aurait divinisé que cette personne et Il lui aurait fallu pour communiquer sa divinité, sa Nature divine, renouveler son incarnation en chaque personne humaine en particulier.  Ainsi par le fait que l'on fait tous partie de la nature humaine de sa Personne, de son Humanité, de son Corps spirituel, de Celui qui nous a tous créés à l'Origine, notre nature humaine peut donc être élevée, divinisée pour devenir semblable à sa Nature divine.  Elle peut être convertie en Nature divine.  Et cette nature humaine c'est celle de notre corps spirituel,  (personne = corps spirituel + âme).  La personne humaine peut donc devenir personne divine et entrer directement dans le Royaume avec la Personne du Christ, si elle y con-sent seulement.

3)  L'espèce humaine :

Il ne faut pas confondre la nature humaine avec l’espèce humaine, celle qui impose sa loi et sa tyrannie depuis que l'homme en tant que personne a été objectivé, qu’il a été revêtu d’un vêtement de peau et qu'il s’est éveillé à l’animalité, c'est-à-dire à ce besoin de reproduction qu'il a en lui et qu’il a de la difficulté à contrôler.  L'espèce est cette inclinaison ou cette tendance à pécher que tout homme possède en venant en ce monde.  Elle lui est venue avec son «vêtement de peau», celui de son personnage.  Elle est un fruit du péché originel.

L'espèce est une entité mystérieuse, invisible et insaisissable qui découle du mauvais choix Originel.  L’espèce relève du coté charnel du personnage, du corps qu'il 'a', de son vêtement de peau, et a davantage rapport à la nature animale, à l'animalité.  C'est le coté charnel, animal, de son être, qui a rapport aux instincts des sens et qui traite la personne comme un objet.

L'espèce humaine est différente de la nature humaine.  Cette dernière relève de la personne et non du personnage.  L'espèce est 'de procréation' et est apparue avec l'objectivation, comme  conséquence du mauvais choix Originel, à cause du péché originel, alors que la nature humaine est 'de création' et cela grâce à la participation de la personne de Marie à l'Acte créateur de Dieu en tant que co-Créatrice.  L'espèce humaine est de procréation alors que la nature humaine est de création.  Et tout ce qui est de création est à la ressemblance de Dieu alors que tout ce qui est de procréation est à la ressemblance de l'homme.  L'espèce c'est quelqu'un.

L'espèce est un conditionnement,  (un tyran), qui relève davantage de la race et qui se situe dans les profondeurs inaccessibles de l'inconscient du personnage et que la personne réussit à maîtriser que très difficilement et à très grand prix.

L’espèce relève du mauvais choix d’Adam et Ève en Éden.  Elle est apparue lorsque le personnage est apparu en ce monde.  Jusque dans sa chair et dans son sang, l'homme est désormais pétri de non-gratuité et entre autre de l'espèce.  C'est l'espèce qui conditionne son personnage.  C’est ce tyran qui conditionne sa condition charnelle et qui n’est nul autre qu’un besoin de reproduction..un désir de jouir incontrolé..de posséder,  (le personnage a toujours faim de tout) ; il est responsable de la cupidité et des convoitises de toutes sortes.  L'espèce ne sert qu'à assurer la reproduction de l'individu.  Elle est ce que saint Jean appelle les trois concupiscences.  C’est cette espèce que la personne doit chercher à contrôler, à maîtriser en son personnage,  (la séduction de l'objet sur ses sens), afin de faire triompher l'Esprit sur sa chair : l'épreuve chrysalidale.  C’est l’espèce qui sème la discorde dans les cœurs et les esprits au grand dam de la nature humaine.  L'espèce n'est certainement pas au service de l'Amour, et c'est à lui qu'il appartient de la maîtriser.   Ainsi on peut attribuer à l’espèce humaine les passages suivants :

Les tendances de la chair s'opposent aux tendances de l'Esprit, et les tendances de l'Esprit s'opposent aux tendances de la chair,  (Ga 5, 17),  (Les tendances de la chair désignent clairement l'espèce qui impose sa loi).

C’est du (cœur) que viennent pensées mauvaises, meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, blasphèmes,  (Mathieu, 15, 19),  (le cœur ici c'est l'espèce située dans l’inconscient).

Mais chacun est tenté, parce que sa propre convoitise l'attire et le séduit,  (Jacques, 1, 14),  (sa propre convoitise, c'est l'espèce).

Jésus en tant que personnage n’a pas hérité de l’espèce lorsqu’Il est venu sur terre.  Il ne possédait pas cette inclination ou cette tendance à pécher en lui, tout comme la Vierge Marie sa mère.  Ils en ont été préservés par un privilège spécial.  

L'apparition de l'espèce humaine :

L'espèce humaine est apparue suite au péché originel ou au mauvais choix Originel de l'Éden avec la sortie d'Adam et Ève du Paradis.  Elle est apparue avec l'objectivation de la personne humaine en personnage.  Elle est apparue avec l'individu qui à travers le couple et les différentes générations se sont données de nouveaux individus par le biais de la parenté humaine.

L'homme d'aujourd'hui à tendance à oublier ce qu'il a vécu avant le commencement de ce monde.  C'est le 'divertissement' généralisée qui règne actuellement et qui fait qu'il est comme engourdi, insensible, qu'il ne se pose plus les vraies questions et préfère s'en tenir au savoir qu'il a hérité de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal ;  il préfère ce que lui dit la science humaine.  L'humanité est sur la voie de la disparition si elle ne change pas sa façon de penser.

C'est par la maîtrise de l'espèce humaine et de ses lois en elle  (loi des contraires, loi du Bien et du mal, désir de jouir incontrolé, de posséder et de se reproduire), par l'épreuve chrysalidale que la personne se renouvelle ; par l'incarnation en acte à l'Eucharistie : par la transformation de son vrai corps en corps de résurrection ; par la renaissance en Fils ou en Fille de Dieu alors qu'elle devient Enfant de Dieu.

Sur l'inconscient :

il est donc important pour elle de surveiller tout ce qui entre et qui sort de l'inconscient de son personnage afin de le maîtriser.  La demande à notre Père : 'ne nous soumets pas à la tentation' est parlante en ce sens.  Cette demande peut s'entendre comme suit : 'ne nous laisse pas influencer par l'espèce qui est en notre inconscient'. mais délivre-nous du mal..[/color]

(15)  LE MONDE VISIBLE ET L’OBJECTIVATION :

Le Credo ou le symbole des apôtres dit :
'Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, du monde visible et invisible' :

Le monde visible que l'on observe actuellement est fondé ou soutenu par le Monde invisible,  (ontologique), le Monde des présences ou de l'être, et c'est la Foi qui nous fait comprendre que le monde a été formé par la Parole de Dieu, en sorte que le visible vient de l'invisible,  (Hébreux  11, 3),  (art. 286 du C.E.C.).

(16)  PERSONNE = CORPS SPIRITUEL + ÂME SPIRITUELLE

Le concept classique de la personne humaine qui remonte à l'époque du philosophe grec Platon selon laquelle la personne est constituée d'un corps mortel et d'une âme spirituelle est maintenant dépassé.  Est dépassée également cette façon de considérer la résurrection de la chair comme étant la réunion de l'âme et du corps mortel de l'homme après sa mort, qui ressemble davantage à une réincarnation qu'à une résurrection ou à une nouvelle naissance.  Dans l'optique de ce nouvel Éclairage, ni la chair, ni le sang n'hériteront du Royaume,  (1, Corinthiens, 5, 50).

Nous ne pouvons plus nous en tenir à cette définition classique de la personne humaine plus hellénistique,  (grecque), que biblique et non conforme à l'Esprit de l'Évangile.

Selon le nouveau concept révélé de la personne humaine, celle-ci est constituée à la fois d'un corps spirituel et d'une âme spirituelle, et c'est cette personne qui ressuscitera, corps et âme, pour la vie éternelle, tout comme c'est la Personne du Christ qui est ressuscitée avec son Corps spirituel,  (avec sa nature humaine, son humanité), devenu Corps de résurrection par sa kénose rédemptrice et cela grâce à l'incarnation en acte : (c'est la nature humaine du Corps spirituel,, de la Personne du Christ qui est élevée au niveau de sa Nature divine).

Cependant il importe de préciser que la distinction entre le corps que l'on 'a', le corps mortel, et celui que l'on 'est', le corps spirituel, ne concerne que les apparences sensibles car en stricte réalité ces deux corps n'en font qu'un en la personne d’élection..mais ils ne sont pas en unité générique cependant.

Voir également le numéro (14) plus haut.

(17)  L'AMOUR :

L'Amour, le vrai, l'UNIQUE, celui qui est salutaire et qui ne périra jamais, est d’abord une bonne pensée qui 'veut que l'autre soit'.  Cet Amour peut transformer une personne et transformer le monde.

Un acte d'Amourest une décision consciente, libre, volontaire et surtout gratuite de la part d'une personne, de 'vouloir que l'autre soit'.  Et cet autre, ce peut être elle-même, l'autre ou l'Autre.

Cet amour divin qui est créateur se résume en une seule phrase : 'vouloir que l'autre soit', et peut servir de devise au disciple du Christ.  La Loi de l'Amour résume toute la morale chrétienne.

(18)  LA VÉRITÉ ET LA PENSÉE MÉTAPHYSIQUE :

Il importe de bien comprendre ce qu'est cette Vérité que les chrétiens sont tenus de rechercher.

Cette Vérité c’est le Christ lui-même en tant que Parole de Dieu..celui qui s’est présenté avec pour Mission d’apporter aux hommes la Vérité sur Dieu le Père, sa Nature et son Plan secret, à savoir celui de faire de nous ses Enfants d’adoption : Je suis la Vérité a dit le Christ, tel que rapporté en Jean 14, 6.  Cette Vérité c’est Jésus-Christ qui s’est présenté comme l’envoyé de Dieu son Père.  En s’identifiant à la Parole même de Dieu le Père et en se proclamant son Fils, Il signait alors sa propre condamnation.  C’est une des raisons pour laquelle on a voulu le mettre à mort.

L’Église est la gardienne de cette Vérité et elle a mission de la transmettre au monde.  Cependant cette Vérité est parfois dure à entendre, comme le rapporte Jean en 6, 60-62 :

Cette parole est dure !  Qui peut l’écouter ?  Mais sachant en lui-même qu’ils murmuraient à ce propos, Jésus leur dit : Cela vous scandalise ?  Et que serait-ce si vous voyiez le Fils de l’homme remonter là où Il était d’abord ?

L’Église a toujours a ses risques et périls, fut-ce la persécution, l’incompréhension ou même la méfiance de ses propres fidèles, relevé le défi d’une Vérité dure à entendre.

La Vérité loin d’asservir, libère.  La Vérité vous libérera dit l’Écriture.  La Vérité comme fondement ultime des êtres et des choses sauve l’homme en le ramenant toujours à sa définition d’Origine c’est-à-dire à sa relation à Dieu, par le Christ.  Nous avons tous été créés par le Christ et nous pouvons tous renaître par le Christ.

Tous les hommes sont tenus de rechercher cette Vérité.

Cette Vérité qui est aussi la Parole de Dieu, il ne faut pas chercher à l'adapter à son bon vouloir mais bien, à l'aide de l'Esprit Saint, en faire ressortir toutes les richesses qu'elle comporte.

La Parole de Dieu de par sa nature même est assez mystérieuse, voire impénétrable ou difficile à comprendre, comme tout ce qui vient de Dieu, car elle échappe à la logique humaine.  On n'a qu'à considérer les paraboles.  Il nous faut donc re-découvrir l'Esprit derrière la lettre à la lumière de ces révélations de l'Esprit Saint.

(19)  LE MYSTÈRE DE LA VOLONTÉ DE DIEU :

Le mystère de la volonté de Dieu c’est son éternel Plan d’Amour que saint Paul révèle aux Éphésiens au chapitre 1, versets 3 à 11 de son épître.  Ce mystère tenu caché depuis toujours en Dieu, le créateur de toutes choses, c'est son Acte créateur en somme.  C'est l'initiative que prend Dieu le Père en sa Paternité, librement et gratuitement, de se donner des Enfants adoptifs, et qui va même bouleverser sa Vie dans sa réalité trinitaire.  L'Acte créateur est un Acte trinitaire qui implique les trois personnes divines.

«Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle, dans les régions célestes dans le Christ.  Car c'est en lui qu'Il nous a choisis, dès avant la création du monde, pour être saints et sans tache à ses yeux dans l'Amour, nous ayant prédestinés à être ses Enfants adoptifs par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la splendeur de sa grâce, dont Il nous a gratifiés dans le Bien-Aimé..en nous faisant connaître le mystère de sa volonté, récapituler toutes choses dans le Christ, et celles du ciel et celles de la terre..suivant le 'Dessein éternel' qu’Il a conçu dans le Christ Jésus, notre Seigneur», (Ép 1, 3-6-11).

Le mystère de la volonté de Dieu c’est l’éternel Plan de Dieu le Père de faire de nous ses Enfants d’adoption, et qui se réalisera par son Fils qu’Il a lui-même engendré pour le réaliser.

Le mystère de la volonté de Dieu ou de son vouloir marque l'Origine de toute la création. C'est à cause de cet Acte d'Amour venant de Dieu que tout a commencé pour nous.

Ce Dessein éternel du Père c’est le mystère de notre création à l’Origine et de notre Rédemption dans l’Histoire, dans, par, et avec le Verbe créateur et rédempteur,  (le Christ).

Le mystère de la volonté de Dieu révèle tout le mystère de nos origines.  Il répond aux questions que l’on se pose, à savoir : qui sommes-nous ?  d'où venons-nous ?  et où allons-nous ?  Ce mystère maintenant révélé, c’est le mystère de l’Amour et de la GRATUITÉ DIVINE.  Nous avons tous été créés dans l’Amour du Père, et cet Amour sollicite ou nécessite une réponse de la part de sa créature : un consentement pour que le Christ nous re-crée d’abord puis que l’Esprit nous fasse re-naître mais divinement cette fois..dans son Royaume  (création>>>>>>élection).

Le mystère de la Volonté de Dieu c’est l’Éternel Plan de Dieu le Père de faire de nous ses Enfants d’adoption, et qui se réalisera par son Fils qu’Il a lui-même engendré pour le réaliser.

Le mystère de la Volonté de Dieu ou de son Vouloir marque l'Origine de toute la création.  C'est à cause de cet Acte d'Amour venant de Dieu que tout a commencé pour nous.

Dieu le Père a engendré un Fils de toute éternité, qui, comme lui, n'a ni commencement ni fin,  (INFINI), et qui représente aussi l'Avènement de sa Parole.

Le mystère de la volonté de Dieu c'est que 'dès avant la création du monde', «dans les régions célestes», dans le Monde de l'être, nous avons tous été appelés, invités, à devenir ses Enfants adoptifs par l'intermédiaire de son Fils.  C’est Dieu le Père qui nous a créés par son Amour, avec son Amour et en son Amour,  (l’amour divin).  Il nous a créés pour nous offrir l'adoption ou l'élection,  (qu’Adam et Ève ont refusée en Éden, ontologique), mais par son Pardon en ce monde, Il peut nous re-créer et nous faire naître par son Esprit directement dans son Royaume, pourvu que l'on réponde à son Amour par l'Amour ; pourvu que l'on consente à accepter son Amour, l'amour divin, celui qui est kénose, 'celui qui veut que l'autre soit'.  Cette kénose c'est s'oublier soi-même et 'vouloir que l'autre soit' à ses propres dépens, parce que «qui sauve sa vie la perd et qui perd sa vie la sauve».


(20)
LES OBLATS* :

Mais quelle est donc la substance des vrais oblats ou des offrandes qu'une personne peut offrir à l'Acte créateur de la célébration eucharistique pour être transsubstantiés,  (transformés) afin qu'ils deviennent Présence réelle dans le Royaume tout comme le pain et le vin qui en sont les signes ou les symboles qui les représentent,  (thème 12) ?

D'abord toute l'aventure des hommes avec ce qu'elle représente de souffrances, de peines, de joies, de misères, d'épreuves, que le fidèle est invité à recueillir et à porter fraternellement, à partager, secourir, et à soutenir.

Tous les actes d'Amour qu'elle peut faire en 'voulant que l'autre soit',  ('l'autre' ici étant elle-même, l'autre ou l'Autre).


(21)  PRÉEXISTENCE, KÉNOSE CRÉATRICE ET KÉNOSE RÉDEMPTRICE :

La kénose créatrice c’est l'abaissement ontologique (invisible à l'oeil), ou la mort à lui-même du Verbe créateur ou du Christ dans le Monde de l’être, l'Éden, et la kénose rédemptrice c’est son abaissement historique dans le monde des hommes, la rédemption : la passion, la mort et la Résurrection du Verbe rédempteur ou du Christ.

Dans les deux cas, c’est le Christ, qui donne sa vie, d'abord afin que la création 'soit',  (création), et qu’ensuite elle 'naisse' dans son Royaume,  (élection).  Ces deux Kénoses sont en unité générique et n’en forment qu’une seule dans le temps de Dieu : l’instant.  Pour Dieu dans son Monde, elles se réalisent présentement, dans le moment présent.  Nous sommes tous créés,  (ou re-créés), présentement et nous naissons tous présentement, dans l'instant.  Nous accédons tous au Royaume présentement.  Dans le Monde de Dieu tout se passe dans son éternel présent..l’instant.

La kénose créatrice du Verbe créateur et la préexistence du Christ ne sont pas très bien connues des chrétiens, mais il en est fait mention à plusieurs reprises par les apôtres Paul, Pierre et Jean dans Ép. 1, 3-6 - Col. 1, 15-20 - 2 Tm. 1, 9 - 1, Pierre, 1, 20.  L’Église est très consciente de cette préexistence du Christ et Jésus lui-même l’affirme à plusieurs reprises lorsqu’Il dit : avant qu’Abraham fut, Je suis  (Jean, 8, 58).

Cependant l’Église a toujours mis davantage l’accent sur la passion de Jésus-Christ et son mystère pascal,  (la kénose rédemptrice), au détriment de la kénose créatrice qui, elle, est demeurée dans l’ombre.

Cette kénose créatrice et rédemptrice implique en elle-même une incarnation  (prendre chair) de la part du Fils de Dieu : chair prime ou spirituelle dans le cas de l’incarnation ontologique en Éden, et chair seconde ou biologique dans l’incarnation historique.  Mais la vraie incarnation du Fils de Dieu c’est l’incarnation en acte - numéro (huit) plus haut.

Et l’adoption par Dieu le Père ou la condition pour devenir son Enfant, c’est une participation pleine et entière à cette Kénose du Verbe qui s'est fait chair, et qu’Adam et Ève ont refusée en Éden.  Il ont refusé l’amour nuptial qui découle de cette Kénose du Christ, et ce refus de l'Amour constitue le motif même du mauvais choix Originel..du péché originel.

De plus ce n’est pas à cause du péché originel d’Adam et Ève ni à cause des péchés des hommes que le Christ s'est incarné dans notre monde.  Le seul motif de l’incarnation historique c’est l’Amour de Dieu le Père pour les hommes - numéro (13) plus haut.


(22)
 PANTHÉISME :

Le panthéisme est cette fausse croyance qui affirme que Dieu est la somme de tout ce qui existe dans la création objectivée actuelle..que tout est en Dieu, ou encore c’est cette attitude de l’esprit qui tend à diviniser la nature.

Dans la perspective de ce nouveau regard, 'tout est en Dieu, mais Dieu n’est pas tout'.  La création visible actuelle, bien qu’en Dieu d’une certaine façon,  (par l’unité hypostatique du Christ préexistant), ne saurait être Dieu lui-même sans supprimer à la fois l'un et l'autre.  Il ne peut y avoir qu’un seul Dieu.  Il ne peut y avoir Dieu et la création objectivée actuelle comme Tout de Dieu.  C’est l’argument fondamental des athées.

Dieu ne saurait faire nombre avec sa création objectivée actuelle..sa création visible.  Dieu ne fait qu’UN  (ou est en unité générique), qu’avec sa création d’Origine, invisible.

(23)  L’OBJECTIVATION ET LE NOUVEAU-NÉ :

Le phénomène de l’objectivation que tout homme expérimente en venant en ce monde et pendant toute sa vie, depuis Adam et Ève, est semblable à l’expérience que vivent les nouveaux-nés 'fraîchement' objectivés alors que tout ce qui entre en ce monde est objectivé.

La personne que Dieu crée et qui arrive en ce monde objectivée sous le personnage d’un nouveau-né doit elle aussi faire l’apprentissage lent et pénible de l’objectivation, aidée de ses parents, contrairement à Adam et Ève, le premier couple, qui, lui, a dû vivre l’expérience sans prédécesseurs.

Neuf mois durant, dans le sein maternel, la personne envoyée par Dieu, prend possession de tous ses sens qui s’éveillent lentement par l’exercice très progressif de l’objectivation.  Et si la naissance nous apparaît comme l’apparition dans un monde tout prêt à nous accueillir, cela n’est vrai qu’aux yeux de ceux qui ont déjà pleinement objectivé ce monde.  Il n’en va pas de même pour le nouveau-né qui entreprend laborieusement, pour son propre compte, la mise en marche de son pouvoir perceptif.  La personne qui anime le personnage qu’elle s’est donnée dans le sein maternel, se donne à présent, toujours par objectivation, le monde de ses sensations où l’a jeté son mauvais choix Originel.

Ce qui différentie le nouveau-né du premier couple objectivé,  (Adam et Ève), tient au fait que lui est donné tout un acquis de souvenirs et d’objets tout faits que lui livre l’hérédité et le milieu où il est reçu.  Si l’on perçoit tous les mêmes objets de la même manière, et que l’objectivation est la même pour tous, c’est qu’elle provient de la même et UNIQUE création originelle qui n’est pas celle que l’on perçoit présentement.


(24)  CRÉATION-ÉLECTION

La 'création-élection' parfois aussi appelée création-rédemption, création-salut éternel, création-adoption, est une expression utilisée fréquemment.   Elle résume tout le mystère de notre salut par lequel nous sommes créés-élus-sauvés ici et maintenant.  À cause du péché originel de nos premiers parents, Adam et Ève, cette élection qu’ils ont refusée en Éden, se réalise maintenant à partir de notre monde par l’eucharistie existentielle.

Le cérémonial d’une célébration eucharistique depuis l’ouverture jusqu’à l’action de grâce, en passant par l’offertoire, la consécration et la communion, représente l’objectivation ou le signe de la création-élection qui se réalise simultanément et ontologiquement dans la création d’Origine et dans le Royaume de Dieu,  (thème 12).

Grâce à l’Eucharistie et à l’Acte créateur de Dieu auxquels on accède dans l’instant, on est donc re-créé gratuitement en Éden par l’amour créateur du Fils et engendré par l'amour géniteur de l'Esprit en son Royaume : Enfants de Dieu.  Par le fait qu’on est tous en unité avec la création d’Origine par notre personne, on peut donc la re-créer graduellement elle aussi et la faire naître dans le Royaume, grâce à l’amour géniteur de l’Esprit Saint.  Et toute cette création,  (tout le créé) peut donc accéder au Royaume de Dieu.  Et toute la création espère ou aspire à cette renaissance telle que le raconte Romains, 8, 9-2.


(25)
LE STATUT DE CRÉATION ET LE STATUT D’ÉLECTION

Qu’entend-t-on par là ?

C’est l’état dans lequel se trouve la personne de création en statut de création et l’état dans lequel se trouve la personne d’élection en statut d’élection.  Ils s’agit de deux ordres différents de nature qui cependant interfèrent entre eux dans la réalité existentielle.  La personne en statut de création doit se méfier constamment de vouloir faire de son exil la terre promise.  Les hommes ne seront jamais des dieux comme a voulu leur faire croire le serpent : vous serez comme des dieux, et ce monde ne sera jamais le Royaume.  Le statut d’élection ou de grâce d’autre part, exige de la personne ce renoncement ou ce détachement permanent devant les ruses des puissances du mal.  Le combat entre ces deux statuts n’est rien d’autre que l’épreuve Originelle que doit affronter toute personne qui vient en ce monde.  Ce statut d’élection va complètement à l’encontre des valeurs de ce monde et du bonheur qu’il propose.



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Dernière édition par Admin le Sam 8 Avr - 18:48, édité 89 fois
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

L'IMPORTANCE DE L'ACTION DE GRÂCES

Message  Oméga3 le Dim 14 Aoû - 8:56

Dans son troisième volume, l'auteur nous rappelle l’importance de la gratitude ou de la reconnaissance  (remerciements ou action de grâce) après  une faveur ou une grâce obtenue de Dieu, tout comme dans la parabole des dix lépreux guéris, alors qu’un seul parmi les dix est venu remercier Jésus,  (Luc 17, 11-19).  Mais pourquoi le lépreux reconnaissant est-il sauvé et non les 9 autres :  (ta foi t’a sauvé) ?

Contrairement à l’amour humain, l’amour divin ne sollicite pas notre gratitude à cause de sa gratuité : l’amour divin n’attend rien en retour  (Dieu n’a besoin de rien ni de personne).

C’est que la gratitude,  (l’action de grâces), est la condition nécessaire pour accéder à la gratuité du Royaume.  Pourquoi ?  C’est que ce lépreux a accepté l’Amour de Dieu,  (tout comme le bon larron sur la croix), et contrairement à Adam et Ève, il a accepté d’être aimé, d’être transformé par cet Amour.  Dans sa foi, il savait que Jésus l’aimait, et que c'est la gratuité de son Amour qui l’a guéri..qui l’a transformé.  Sa foi l’a sauvé.  C'est la gratuité dans l'amour divin qui est créatrice d'être,  ('l'être' qui devient 'existence' dans notre monde).

L’action de grâces à la fin d’une Eucharistie est donc primordiale.
-


Dernière édition par Oméga3 le Jeu 18 Aoû - 15:51, édité 1 fois
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

SUR L'IMPORTANCE DE 'VOULOIR QUE L'AUTRE SOIT'

Message  Oméga3 le Dim 14 Aoû - 16:14

Après toutes les affirmations plus ou moins explicites que l’auteur nous lance à-travers ses volumes par son 'vouloir que l’autre soit', on en arrive à conclure que l’Esprit Saint 'veut que l’autre soit' dans son Royaume.  C’est la conclusion à laquelle on en arrive inévitablement, à savoir qu’il est maintenant au pouvoir des chrétiens de construire le Royaume de Dieu  !

Par leurs bons choix et leurs actes et par une spiritualité bien comprise, les chrétiens peuvent maintenant participer à la construction du Royaume de Dieu à partir de notre monde.   Ils sont invités à préparer le Royaume de Dieu en leur personne d’abord, puis dans le monde, en 'voulant Être' eux-mêmes dans le Royaume afin d’inciter l’Autre à 'vouloir être' dans notre monde,  (la parousie).

Le monde actuel est fini ; il n’est pas infini ; il a eu un commencement et il aura une fin.  Il disparaîtra un jour, et il n’y a que par l'eucharistie que l’on peut transformer notre réalité existentielle ou notre aventure humaine en réalité spirituelle,  (création-élection),  En acceptant de se laisser transformer par l’Amour de Dieu, c’est-à-dire en consentant à être re-créé d’abord pour ensuite re-naître mais cette fois divinement dans le Royaume,  (naître de l’Esprit). Le Christ est la seule Réalité qui existe.  Il est aussi ce Royaume de Dieu.
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

SUR LA QUESTION DE LA PRÉEXISTENCE*

Message  Oméga3 le Jeu 18 Aoû - 15:35

Il est plusieurs fois fait mention de cette 'préexistence' tout au long des différents thèmes : préexistence du monde actuel, préexistence de l'Homme, préexistence de la Vierge Marie, préexistence du Christ.  Certaines personnes peuvent douter ou ne pas accepter cette préexistence en invoquant le simple bon sens ou pour toutes autres raisons.  Mais comment se représenter cette préexistence ?  Qu’en est-il au juste ?

Cette préexistence de notre monde, de l'homme, de la Vierge Marie et du Christ est l’exemple parfait d’un corollaire comme quoi 'à partir de propositions évidentes ou révélées par l’Esprit Saint, on peut en tirer d’autres qui en découlent'.

Il est évident que si l’on accepte les concepts révélés par l'Esprit Saint de l’ACTE CRÉATEUR, (thème 5), de la CRÉATION D'ORIGINE,  (thème 6), de l’INSTANT et du MOMENT,  (thème 15), de la PERSONNE et du PERSONNAGE,  (thème 19), on ne peut faire autrement que d’accepter la préexistence de notre monde, de l'homme, de la Vierge Marie, et du Christ.

Ainsi dans le troisième volume à la page 209, on peut y lire :

La THÈSE de saint Thomas d’Aquin 'sur la présence des choses à l’Éternité divine', et cette autre aujourd’hui assez bien établie, semble-t-il, sur le Christ préexistant,  (le Verbe créateur), nous autorisent à penser que c’est tout le monde de l’Histoire qui, d’une certaine manière, peut être dit préexistant.

Par ailleurs, il nous paraît difficile de concevoir un Christ préexistant,  (le Verbe créateur), sans lui adjoindre la préexistence de sa Mère, la personne de Marie, celle qui comme le dit l’Alma Redemptoris Mater : 'Celle qui à l’étonnement de la nature, a engendré son Auguste Géniteur'.  Le Christ Géniteur de sa propre Mère, comment refuser la préexistence à la mère d’un préexistant ?

Et comment refuser la préexistence à notre personne puisqu’elle a été créée par le Christ à partir de rien  (ex-nihilo) grâce à la Vierge Marie préexistante en tant que co-créatrice, celle qui a donné la nature humaine au Christ préexistant en son unité hypostatique ?

Cependant il importe de préciser que 'qualifier de préexistant ce Monde mystérieux où s’accomplit l’Acte créateur comme s’il était antérieur au monde actuel et au temps de notre existence humaine nous paraît tout à fait impropre.  En vérité cette prétendue 'préexistence' est parfaitement INTEMPORELLE,  (sans espace et sans temps), et transcende, en les fondant, tous les temps de notre aventure existentielle'.

Pour qualifier ce Monde mystérieux, on ne peut guère parler que d’Origine,  (création d’Origine), et le situer dans 'l’instant éternel'..dans le temps de Dieu.
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

SUR LA DIFFICULTÉ DE L'OBJECTIVATION

Message  Oméga3 le Jeu 18 Aoû - 18:06

Pour la plupart des personnages que nous sommes, il n’est pas facile d’accepter le phénomène de l’objectivation comme explication logique de la formation de notre monde et de notre personnage,  (le vêtement de peau au sens strict et au sens large).  Cela va tellement à l’encontre de nos perceptions matérialistes tellement ancrées dans notre esprit, que nous préférons accepter les explications de la science humaine,  (l’évolutionnisme).   Pourtant l’évolutionnisme  repose sur une construction de l’esprit humain, à partir d’hypothèses ou d’un mode de connaissance objective, discursive.  Contrairement à la vraie méthode scientifique qui se base sur l’expérimentation des hypothèses proposées, pour en confirmer la véracité, l’évolutionnisme n'est basée sur aucune expérimentation pratique, personne n’étant présent au cours des millions de millénaires géologiques pour en confirmer la véracité ce qui fait qu’elle demeure une théorie.

L’objectivation comme phénomène, quant à elle, pourrait très bien être expliquée scientifiquement un jour, comme on a déjà commencé à le faire, alors que la science nous dit que ce n’est pas la couleur de l’objet qui se révèle à l’œil mais que c’est l’œil qui le revêt de sa couleur en passant par le cerveau.  Entre l’objet, l’œil et le cerveau, c’est le cerveau qui a le rôle principal..et tout ça rejoint la pensée de saint Thomas d’Aquin qui dit que 'rien ne vient à l’esprit qui ne passe par les sens'.

Par quel mécanisme percevons-nous les couleurs ?  Les couleurs sont des courants traités par le cerveau qui a la capacité de les interpréter et de transformer ces perceptions en sensations colorées.  Le phénomène de la perception de la couleur par l’œil est analogue à celui de la perception des sons par l’ouïe.

Ce qui a été démontré pour le regard et l’ouïe peut très bien s'expliquer expérimentalement pour les autres sens : le goûter, l'odorat, le toucher.


Dernière édition par Oméga3 le Ven 19 Aoû - 10:29, édité 1 fois
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

SUR LA DIFFICULTÉ DE L’OUVRAGE

Message  Oméga3 le Mar 23 Aoû - 9:40


C’est-à-dire sur la difficulté de compréhension que nous cause la lecture de cet auteur.

On tente ici de découvrir les causes qui font que certaines affirmations de l’auteur nous laissent parfois perplexes ou avec des questionnements qui nous paraissent insolubles à premier abord.

Outre le fait qu'il est déjà difficile  pour l'auteur d’expliquer de façon claire et limpide les réalités ontologiques et spirituelles du Monde de Dieu, cet ouvrage a été rédigé dans un langage très recherché, de façon à éviter toute ambiguïté et tout équivoque,  (et surtout toute ambivalence).  C'est un ouvrage très subtil qui peut paraître très ardu à premier abord.  L’auteur utilise un langage insolite, inusité, auquel le lecteur n’est pas habitué à entendre et qui étonne, qui surprend.  Le lecteur sent qu’il lui livre un message très important et profond,  Cet ouvrage demande beaucoup de réflexion afin d’en faire se révéler toute la richesse et la profondeur.  Cet ouvrage nous réserve des surprises à chaque détour et demande a être lu et relu.  Il comporte bien des passages que l'auteur laisse à la réflexion du lecteur.

De plus il touche à une multitude de sujets réparties sur 1600 pages et qui constituent ces sept volumes.  Une simple affirmation qui parfois peut causer problème à un endroit, peut livrer ses réponses à un endroit où le lecteur s’y attend le moins.  Ainsi, ce peut être la raison pour laquelle le lecteur se demande d’où viennent certaines expressions, qui peuvent parfois le décourager, surtout s’il en entreprend la lecture pour la première fois.  Mais pour celui qui persiste à dépasser cette étape initiale et qui voit ses yeux s’ouvrir à d’autres réalités, il ira de découvertes en découvertes qui ne feront que l’émerveiller dans sa Foi qu’il voudra approfondir davantage.


Dernière édition par Oméga3 le Mer 24 Aoû - 12:57, édité 10 fois
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

CRÉATION-ÉLECTION

Message  Oméga3 le Jeu 25 Aoû - 14:04



En ce qui concerne la création-élection à partir de l’eucharistie existentielle, (du 1er niveau), il faut en dire que notre personne est re-créée en Éden ou dans la création originelle de Dieu et qu'elle naît de l'Esprit dans le Royaume  (élection).

Le cérémonial d'une célébration eucharistique à partie du début jusqu’à l’action de grâces, en passant par l’offrande ou l'oblation, la consécration et la communion,  (thème 12), représente l’objectivation de la création-élection qui se réalise simultanément dans la création d’Origine,  (l'Éden ou le 2ème niveau : l'eucharistie primordiale), et dans le Royaume,  (le 3ème niveau : l'eucharistie éternelle).

Dans l'eucharistie existentielle, notre personne est re-créée en Éden, grâce à la Parole de Dieu, (aussi le Verbe créateur).  Et par le fait qu'on est tous en unité avec la création d'Origine de par notre personne, on peut aussi la re-créer graduellement et la faire naître dans le Royaume.  Toute la création d'Origine peut donc accéder au Royaume de Dieu.  Et toute cette création,  (tout le créé), aspire à cette renaissance,  (Romains, 8, 22).


Dernière édition par Oméga3 le Ven 26 Aoû - 11:57, édité 3 fois
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

PROCRÉATION

Message  Oméga3 le Dim 18 Sep - 16:45


Quant à ce passage énigmatique : Elle  (l'âme) décide ainsi, en statut de grâce, de la conception de cet 'enfant de Dieu' que devient la personne, tout comme elle a décidé de la conception de 'l'enfant d'homme', lors de la procréation.

Quant à savoir s'il s’agit de sa propre conception ou de la procréation d’une autre personne, on peut y lire en lll-153 :  Dieu veut que l'homme soit libre de dire 'non', mais si l'homme dit non au Royaume, en ce cas, il se choisit lui-même ; il se fait 'terme réel', objet de son propre désir.  Il se crée' lui-même à sa façon.  C'est à dire qu'il se procrée.  C'est là que réside le péché fondamental : l'homme se prend pour Dieu.  En a-t-il les moyens ?


Dernière édition par Oméga3 le Jeu 22 Sep - 10:37, édité 11 fois
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

EN ÉDEN

Message  Oméga3 le Mar 20 Sep - 16:18


Ce n’est pas nous qui avons fait le mauvais choix en Éden.  
Et nous n’avons pas demandé à  vivre dans ce monde mais il nous a été imposé par le mauvais choix d’Adam et Ève.   Ce sont eux qui ont fait le mauvais choix, et non pas nous.  Cependant nous avons tous été affectés par les conséquences de leur acte car nous étions en unité générique avec eux.  Peut-être pouvons nous penser qu’en tant que fils d’Adam et Ève, et inconsciemment, nous décidions de vivre dans ce monde de non-gratuité lorsque l’on refuse de vivre dans le Royaume de GRATUITÉ ?  On décide alors de se créer soi-même : de se procréer.  L'autre choix c'est d'accepter de se laisser re-créer et de re-naître de Dieu, devenir ses Fils et ses Filles, et vivre dans son Royaume.  C’est ce que veut signifier l’auteur dans son premier volume, page 295, lorsqu'il dit :  'Tout porte à penser qu’en ces temps éternels, l’humanité aurait pu naître une conception immaculée si le premier couple avait gagné l’épreuve de son premier Amour.  Mais il est faux d’en conclure, comme on le fait d’ordinaire, que tous les hommes, de ce fait, seraient entrés en la Maison de Dieu.

Ce n’est pas nous qui avons commis la faute. C’est par la faute d’un seul couple que le péché est entré dans le monde.  Cependant nous avons tous été 'affectés' par ce péché jusqu’à perdre notre état d'innocence d’Origine, au point d'entrer dans ce monde en état de péché..pécheurs.  Ce n’est pas nous qui avons fait ce mauvais choix mais c’est ici et maintenant qu’il nous faut refaire le bon choix dans nos vies personnelles.
avatar
Oméga3


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

L'INCARNATION EN ACTE ET LA NOUVELLE NAISSANCE DE L'ESPRIT

Message  Admin le Ven 20 Juin - 11:04

L'incarnation en acte et la nouvelle naissance de l'Esprit sont d'une importance capitale pour le chrétien.  L’incarnation en acte est une divinisation de la personne.  L'incarnation en acte, active ou actuelle, est d'abord une re-création de la personne alors qu'elle devient Fils ou Fille de Dieu le Père, suivie d'une re-naissance ou d'une nouvelle naissance de l'Esprit alors qu'elle devient Enfant de Dieu..qu'elle est engendrée par l'amour géniteur de l'Esprit Saint..qu'elle vient au Monde de Dieu.  C'est une nouvelle naissance pour une Vie nouvelle 'née de l'Esprit'.  C'est une Vie dans l'Esprit.  C'est la CRÉATION-ÉLECTION du thème 25, (24) et (25).
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum