Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 12 - RENAÎTRE À L'AMOUR DE DIEU
Dim 6 Nov - 10:21 par Admin

» 17 - LE BAPTÊME
Sam 9 Jan - 18:20 par Admin

» 16 - LE MAL..
Sam 2 Jan - 20:22 par Admin

» 18 - LA VIERGE MARIE
Ven 30 Oct - 11:27 par Admin

» l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE
Mer 16 Sep - 18:40 par Admin

» 6 - LA CRÉATION D'ORIGINE.
Sam 9 Mai - 15:24 par Admin

» 9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll
Ven 7 Nov - 20:38 par Admin

» 31 - CRÉATIONNISME OU ÉVOLUTIONNISME ?
Jeu 3 Juil - 20:08 par Admin

» 25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
Ven 20 Juin - 11:04 par Admin

» 36 - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ
Lun 22 Juil - 18:23 par Admin

» 35 - DIVERS....
Dim 9 Juin - 17:31 par tyjaro

» LE COIN DES MEMBRES
Dim 31 Mar - 14:01 par tyjaro

» 28 - LA CONCEPTION DU ROYAUME DE DIEU
Mar 17 Jan - 17:04 par Oméga3

» 29 - LE MYSTÈRE DU ROYAUME DE DIEU
Dim 16 Oct - 19:55 par Oméga3

» POUR CONSULTER LA BIBLE
Mer 12 Oct - 21:10 par Admin

» 7 - L'ÉDEN ET LE MAUVAIS CHOIX ORIGINEL
Mar 27 Sep - 8:23 par Oméga3

» VOUS AVEZ DES QUESTIONS ? DES DOUTES ? DES COMPLAINTES ?
Mar 30 Aoû - 14:23 par Admin

» 8 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - l
Sam 6 Aoû - 9:41 par Oméga3

» 34 - FAUT-IL CONVERTIR LES CATHOLIQUES AU CHRISTIANISME ?
Mer 15 Juin - 17:18 par Admin

» 33 - NOTRE PÈRE
Lun 6 Juin - 21:06 par Admin

» 32 - POUR LA SURVIE DE L'HUMANITÉ
Lun 30 Mai - 15:59 par Admin

» 30 - LA SCIENCE OU LA CONNAISSANCE DIVINE
Lun 30 Mai - 15:57 par Admin

» 27 - LE ROYAUME DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:50 par Admin

» 26 - LA RELATION
Lun 30 Mai - 15:48 par Admin

» 24 - L'AMOUR DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:45 par Admin

» 23 - DIEU...
Lun 30 Mai - 15:44 par Admin

» 22 - LA VÉRITÉ
Lun 30 Mai - 15:43 par Admin

» 21 - LA PENSÉE MÉTAPHYSIQUE
Lun 30 Mai - 15:42 par Admin

» 20 - LES ENFANTS SPIRITUELS
Lun 30 Mai - 15:40 par Admin

» 15 - L'INSTANT ET LE MOMENT
Lun 30 Mai - 15:31 par Admin

» 14 - LE MARIAGE CHRÉTIEN
Lun 30 Mai - 15:30 par Admin

» 13 - L'ARBRE DE LA VIE ET L'ARBRE DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL
Lun 30 Mai - 15:28 par Admin

» 11 - L'AMOUR
Lun 30 Mai - 15:23 par Admin

» 10 - LE MONDE DE DIEU ET LE MONDE DES HOMMES.
Jeu 5 Mai - 11:52 par Admin

» 5 - L'ACTE CRÉATEUR.
Ven 22 Avr - 16:43 par Admin

» 4 - LA GRATUITÉ DIVINE.
Ven 22 Avr - 11:58 par Admin

» 3 - GLOSSAIRE.
Ven 22 Avr - 11:55 par Admin

» 2 - L'OEUVRE DE L'ABBÉ MARLIÈRE DANS SON ENSEMBLE.
Mer 20 Avr - 22:17 par Admin

» 1 - PRÉAMBULE.
Mer 20 Avr - 22:16 par Admin

» LA SPIRITUALITÉ DES MARLIÉRAINS.
Mer 20 Avr - 22:11 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE

Message  Admin le Lun 30 Mai - 15:39

Chez l'homme, la personne est invisible et située derrière le personnage, visible, tout comme l'Éden invisible est situé derrière le monde des hommes, visible.  L'homme extérieur de saint Paul au chapitre 4 de sa deuxième épitre aux Corinthiens, versets 16 et 17, c'est le personnage, et l'homme intérieur c'est la personne.



19 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE

S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel,  (saint Paul en 1, Corinthiens, 15, 44).  


(1)  La personne humaine objectivée, devenue objet, conséquence du mauvais choix Originel d’Adam et Ève, est maintenant revêtue d’un être charnel ou d’un personnage : s'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.

Le dogme (ou le concept) de la personne humaine qui considère la personne humaine comme un être constitué d’une âme spirituelle dans un corps mortel est maintenant renforcé par le concept révélé de la personne humaine : celui d'un être entièrement spirituel constitué d'une âme spirituelle dans un corps spirituel : (25, (16)).  Ce concept révélé ou inspiré est plus conforme à l'Esprit de l'Évangile et on n'a pas le choix que de l'adopter,  (personne = corps spirituel + âme spirituelle).

On connaît très bien le personnage, celui qui est engendré par ses parents biologiques par procréation, qui naît, qui travaille, qui pense, qui vieillit et qui meurt, mais on connaît très peu ou très mal la personne qui l’anime par l'intermédiaire de son corps spirituel ou de son corps propre,  (son vrai corps), situé sous son corps mortel.  Quelle est donc cette personne et d’où vient-elle ?

La personne humaine c'est la découverte du siècle.  C’est un être entièrement spirituel, constitué d’un corps spirituel fait d’une chair ou d'une matière que personne n’a jamais vue et d’une âme spirituelle qui l'anime.  La personne est une âme incarnée, c'est-à-dire une âme qui a pris chair spirituelle dans un corps spirituel.  À l’Origine, c'était seulement le coeur qui formait l'âme de la personne, mais avec l'objectivation ou l'apparition du personnage, et par son truchement, elle découvre qu'elle est maintenant doté d'un esprit,  (de création également).  L'âme est donc à la fois cœur et esprit dans l'être humain actuel, c'est-à-dire dans la personne objectivée par le vêtement de peau, de chair et de sang de son personnage.

La personne est invisible alors que le personnage est visible.  Lorsqu'un nouveau personnage apparaît sur terre par procréation, Dieu lui donne sa personne qu'Il a créée à l'Origine avec son corps propre ou spirituel  (note : le terme corps spirituel est de saint Paul : s'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel,  (l, Corinthiens, 15, 44).  Le personnage est de procréation alors que la personne est de création.  Elle a été créée à la ressemblance de Dieu qui, lui aussi, est une Personne,  (une personne divine), et la personne humaine est appelée à devenir personne divine, à l'image de son Fils, si elle y consent seulement.

(2)  La personne humaine a été créée de façon directe et immédiate, à la ressemblance de Dieu, à partir d’une Pensée du Père et d’un Acte du Fils, c'est-à-dire à partir d'un Acte d’Amour créateur ou de sa décision consciente et libre de créer : une Relation qui on l’a vu, impliquait la Trinité et la Vierge Marie préexistante,  (voir L'ACTE CRÉATEUR, thème 5).  C’est à cet instant précis que la personne humaine a été créée, qu’elle a reçu son propre corps spirituel avec sa nature humaine et son âme, l'haleine de Dieu,  (Gn 2, 7),  (à noter que la nature humaine n'est pas celle à laquelle on pense à premier abord !   (25, (14)).

La personne humaine a donc été créée une, unique, éternelle, spirituelle, (esprit)..à la ressemblance de Dieu.  Elle ne périra donc jamais contrairement à son personnage qui lui, n'est pas ÉTERNEL.  C’est donc dire que la personne fait partie de toute cette plurinité ou de ces présences relationnelles de l’Éden ou de la création d’Origine qui sont devenues par la suite des personnages, des objets, des termes réels*, conséquence du péché originel d‘Adam et Ève.  Elles ont été revêtues d’un vêtement de peau, d’un corps de chair et de sang, d'un corps mortel.  Elles sont maintenant individualisées, mais sont toujours reliées à leur Principe créateur, la Présence créatrice, et appartiennent toujours à l’Éden Originel, c.à.d. au deuxième niveau ontologique, maintenant voilé, auquel elles peuvent encore accéder par la pensée..par la Foi.  Leur présence dans ce deuxième niveau ontologique est toujours en unité ou liée à la Présence créatrice d'Origine qui reçoit l'être,  (la vie, le vivant), en rayonnement de l'Acte créateur,  (l'Acte d'être)..la nature humaine n’étant qu’une relation à la Pensée du Père et à l'Acte d'Amour du Fils.

Ce passage de la personne humaine de l'Éden ou du Monde de l'être au monde de l'objet,  (du 2ème niveau ontologique au 1er niveau existentiel), n’a sûrement pas été facile pour Adam et Ève, le premier couple objectivé, alors qu’ils découvrent l’animalité de leur personnage : Dieu fit à Adam et à sa femme des tuniques de peau et Il les en revêtit..et ils virent qu'ils étaient nus,  (Gn 3, 21).  L’animalité dont il est question ici a trait davantage à l’espèce humaine reliée à ce vêtement de peau ou à cette peau de bête.  L'espèce représente cet instinct ou ce besoin de reproduction chez l’animal que l'homme en tant que personnage a héritée à sa sortie de l'Éden.  Homme à l'âme partagée dit saint Jacques en 4, 9.  L'homme est toujours partagé entre les besoins de son personnage et ceux de sa personne..entre la nature humaine de sa personne et les désirs de l’espèce humaine de son vêtement de peau ou de son personnage..entre l'ange et la bête qu'il est.  C'est pourquoi bien souvent il ne fait pas le Bien qu'il voudrait mais le mal qu'il ne veut pas dit saint Paul aux Romains, en 7, 19.

Et dans le monde actuel, le monde des hommes, toute la vie spirituelle et existentielle de la personne humaine se déroule selon deux modes différents, à savoir : a)  de création et b)  d’élection.

(3) LA PERSONNE DE CRÉATION

Il y a deux façons de naître de Dieu : par création et par élection.  La personne de création est celle que Dieu crée de façon directe et immédiate, à chaque instant, présentement, et cela gratuitement, alors qu’en Éden, Il lui donne l'être,  (la vie), tandis que la personne d’élection relève d’un tout autre Monde que l’Éden, et qui est déjà le Royaume parmi nous, et cette fois en tant que son Enfant, il la re-crée et lui donne l'Être*, (la Vie),  (note : l'être est l'être de fait*, et l'Être, l'être de droit*).

Il est donc possible pour la personne humaine de vivre à la fois en statut de création et en statut d’élection.  Il s'agit évidemment de la même personne, mais en deux 'états' ou statuts différents de nature.  Seule la personne peut naître de Dieu et non le personnage, et il y a deux façons de naître de Dieu : par création et par élection, la création n’étant accordée gratuitement qu’en vue de l’élection.  Mais tout comme pour nos premiers parents, il lui faut choisir entre son statut de création et son statut d’élection,  (naître dans le deuxième niveau seulement, (création en Éden), ou naître dans le troisième niveau,  (élection dans le Royaume),  (création-élection).

La personne de création est celle que Dieu crée d'abord à l’Origine et qu’Il continue de créer à tout instant, c'est-à-dire qu'Il entretient, et cela gratuitement.  Il lui donne l'être,  (la vie, le vivant dans notre monde).  Elle est à sa ressemblance, en ce sens qu’elle est une, unique, éternelle...  Elle possède sa propre individualité métaphysique, son ipséité*, son être spirituel propre, son identité ontologique,  (son âme).  Elle est éternelle, de toujours à toujours.  Elle est infinie : elle n'a pas de commencement et elle n'aura pas de fin  (elle a une Origine cependant).  Elle est esprit : présence invisible.  Elle règne en maître dans le niveau ontologique*, l'Éden.  Elle est créatrice et génitrice tout comme Dieu peut l'être, si elle y consent seulement.  Dans le monde actuel, elle a le pouvoir de se donner l'Être*, la Vie, la vie éternelle, par procuration, dans le troisième niveau.  Elle a le pouvoir de  naître de l'Esprit, de s'engendrer divinement, de se mettre elle-même au Monde, c'est-à-dire devenir subsistante, Amour, tout comme Dieu le Fils lui-même, c'est-à-dire personne d'élection ou Enfant de Dieu, à l'image du Fils de Dieu.

Chaque fois qu'un personnage est procréé par ses parents, Dieu lui donne sa personne qu'Il a créée à l'Origine, et c’est cette personne qui par le truchement de son corps spirituel, anime l’organisme psycho-somatique de son personnage.  C’est la personne qui anime le personnage ou qui régit son comportement dans sa vie existentielle.


(4)  LA PERSONNE D’ÉLECTION

C'est la personne en mode d'élection, celle qui dans le monde actuel mène le dur combat pour le salut et qui décide en cet état de devenir Enfant de Dieu et qui prend les moyens pour le devenir et d’assurer sa croissance et son épanouissement en grâce.  C’est celle qui con-sent au Royaume, celle qui subit une mutation de nature, celle qui subit l’épreuve chrysalidale, celle en qui se réalise l’incarnation en acte et qui relève d’un tout autre Monde, celle qui est 'toujours en train de naître', celle qui reçoit la vie divine en elle comme par rayonnement, celle qui vit continuellement dans un état ou dans une disposition intérieure spécifique,  (l’état de grâce ou d’élection).

Ce combat quotidien pour le salut n’est rien d’autre que l’épreuve Originelle à laquelle s'affronte toute personne qui vient en ce monde.  Tout comme Adam et Ève en Éden, il lui faut choisir entre son statut de création, (un privilège), et son statut d’élection, (un devoir), librement et à chaque instant, c'est-à-dire choisir entre l’arbre de la Vie et l’arbre de la connaissance du Bien et du mal,  (thème 13, et 25, (25)).  Pour bien comprendre et mener ce dur combat, la personne humaine ne doit jamais oublier qu’elle n’est créée qu’en vue de son élection.  Elle ne doit jamais oublier le danger de vouloir créer son propre royaume et de se plaire dans ce monde qui ne deviendra jamais le lieu du Royaume.  C’est dans le corps qu’elle se donne par ses actes ou ses relations,  (son corps propre, son corps spirituel), qui deviendra son corps de résurrection, sa nature humaine qui deviendra Nature divine, qu’elle est l’artisane de son propre destin, c'est-à-dire dans tous ses actes par lesquels elle meurt à son personnage afin que vive sa personne.  Ses actes qui constituent la substance même de son corps spirituel,  (de sa nature humaine), ne sont que relations à Dieu, aux autres et au monde,  (thème 26).  Ce sont ses actes qui la re-créent alors qu'elle peut à chaque instant, rebrasser, repétrir ce corps qu’elle 'est',  (son corps propre, son vraie corps), pour l’Éternité.  Ses actes sont éternels.  Il est donc important pour elle de se tenir dans un état d’élection continue,  (l’état de grâce).

L'eucharistie est la source et le sommet de toute la vie spirituelle de la personne d'élection,  (thème 12).  Cependant ce n’est qu’une promesse d’élection, un acte de Foi, car la personne d'élection n’accédera réellement au Royaume que lorsqu’elle s’avérera incapable de poursuivre l’animation du corps mortel de son personnage et qu’elle sera libérée quand celui-ci s’éteindra.  Elle pourra alors s’envoler comme un papillon en toute liberté, dégagée de son enveloppe, (de son cocon), et acquérir une nouvelle identité dans l'Amour,  (à noter que la personne d'élection ne vit que d'Amour et se nourrit de la Parole de Dieu et du Pain de Vie).


(5)  L’ÂME : CŒUR ET ESPRIT

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.  Cette maxime humaine résume assez bien toute la différence qui existe entre le cœur et l’esprit, les deux organes de l’âme humaine dans son aptitude à aimer et à éprouver, (cœur), à penser et à comprendre,  (esprit).  L’esprit humain est apparu suite à l'objectivation de la personne humaine à sa sortie de l'Éden, en même temps que les sens de son personnage et sa sensibilité,  (un 6ème sens..interne celui-là).  L'esprit tout comme le coeur est de création, c’est-à-dire qu’il est aussi à la ressemblance de Dieu qui est Esprit.  Et c'est par ses sens et son esprit que le personnage perçoit désormais la création originelle de Dieu, c'est-à-dire d'une autre façon que sa personne la concevait uniquement avec le coeur à l'Origine.  C’est maintenant le cœur de la personne qui décide en tant que volonté mais à la lumière de l’esprit qui habite son personnage,  (à noter que rien ne vient à l'esprit du personnage qui ne passe par ses sens nous dit saint Thomas d'Aquin).

L'ESPRIT préside à toute l’activité mentale dans tous les domaines : intellectuel, moral, esthétique.
Par l'intermédiaire du personnage, il oriente les activités de la personne vers trois directions essentielles :
-  l'intelligence et toutes les fonctions de connaissance qui donnent le savoir.
-  la sensibilité, et notamment les cinq sens qui assurent pour l’essentiel la vie du personnage.
-  la volonté, qui régit toute l’activité physique et mentale du personnage et incite la personne à conquérir sa liberté.

LE COEUR avec ses fonctions dérivées,  (émotivité, spontanéité, sentiment et con-sentiment), dans l’âme de la personne, individualisée par son corps spirituel, est l'organe de décision et son principe de vie.  C’est elle qui préside au con-sentiment qu’elle accorde aux choix libres.

Mais c’est l'ESPRIT avec ses fonctions dérivées,  (intelligence, raison, conscience psychologique, lucidité, mémoire, imagination), qui fournit la lumière à la personne et lui propose ses choix.

À partir de ces deux organes la personne a donc la capacité d’orienter ses actes ou ses choix libres, la capacité de choisir entre l’arbre de la Vie et l’arbre de la connaissance du Bien et du mal,  (thème 13).

Suite à ce qui vient d’être dit plus haut, on peut maintenant saisir l’importance de mieux connaître la personne humaine à la lumière de la Foi.


(6)  LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE DE JÉSUS-CHRIST

L’Évangile et les différents médias ont décrit avec amplement de détails la vie et les activités du personnage de Jésus dans l’Histoire des hommes.  Même si Jésus le personnage était bien le Fils de Dieu parmi nous, Il ne l'était qu'en Figure.  Jésus était la Parole du Père, la Parole de Dieu parmi les hommes.  Jésus représentait le vêtement ou la tunique de peau que le Verbe créateur, le Christ, a revêtu pour venir en ce monde, l'objectivation ou le Signe du Verbe créateur !  (il s'est objectivé lui-même).  C'était dans l'intimité de sa Personne, celle du Christ, que Jésus en Jésus-Christ était vraiment Dieu, le Fils de Dieu !

C'est la Personne du Christ en Jésus-Christ qui possède à la fois la nature humaine et la Nature divine en unité hypostatique, et non le personnage de Jésus.  En Jésus-Christ il n'y a qu'une seule Personne qui possède à la fois la Nature divine et la nature humaine,  (art. 466 du C.E.C.), et c'est celle du Christ.  Jésus-Christ représente l'objectivation,  (la matérialisation), du Verbe créateur devenu rédempteur  (et le Verbe a pris chair), sous le personnage de Jésus de Nazareth, né de la Vierge Marie.  Jésus est bien né de naissance virginale de la Vierge Marie par adombration* de l'Esprit Saint, mais cette naissance dans l'Histoire ne représente que la répétition ou la singerie simultanée de la naissance du Verbe créateur ou du Christ préexistant à l'Origine et dans l'instant.

(7)  En tant que personnage c'est Jésus qui raisonne, qui s'exprime, réfléchit, poursuit un but, utilise des moyens comme tout autre personnage, alors qu'en son intimité c'est le Verbe éternel qui pense et qui connaît, intuitivement,  (..par la pensée métaphysique ?)  C'est la Personne du Verbe,  (le Christ), qui éveille et anime les fonctions biologiques et psycho-affectives de sa nature humaine.  Il convient donc de distinguer les actions de Jésus en tant que personnage des actes du Christ en Jésus-Christ, en tant que Personne.

Le Verbe créateur a été engendré, à l'Origine, dans le Monde de Dieu, par la Vierge Marie préexistante,  (par la personne de Marie), selon la Volonté ou le Vouloir du Père et l’Amour géniteur de  l'Esprit Saint, (simultanément dans l'instant, Jésus naissait dans notre monde !).  Mais dans le monde existentiel, Jésus-Christ,  (comme Verbe rédempteur), possédait également un corps mortel : celui de son personnage Jésus.  Ce personnage de Jésus ne représentait que la Figure ou le Signe sensible du Verbe créateur,  (du Christ).  C'est le Verbe créateur devenu rédempteur  (toujours le Christ) qui s'est revêtu d'un vêtement ou d'une tunique de peau,  (Gn 3, 21), qui a pris chair, mais sans hériter de l'espèce humaine, c'est-à-dire sans cette inclinaison à pécher ou cette tendance au mal que tout personnage hérite du péché originel en naissant et qu'il porte en son inconscient,  (thème 25, (14)).  Jésus représentait l'objectivation du Verbe créateur, son vêtement de peau, mais sans l'espèce humaine,  (sans la nature humaine également car Jésus en tant que personnage n'avait pas de personne humaine en lui,  (pas de corps propre ou spirituel donc), mais une Personne, celle du Verbe qui elle, possédait à la fois la nature humaine,  (en son Corps spirituel), et la Nature divine,  (en son Âme spirituelle).  Jésus le personnage en Jésus-Christ a réellement souffert humainement sur la croix.

Jésus-Christ est donc une Personne avec un Corps spirituel et une Âme qui possède à la fois la nature humaine,  (celle de son Corps spirituel), et la Nature divine,  (celle de son Âme) : dualité de nature, et c'est cette Personne qui est ressuscitée grâce à l'incarnation en acte,  (thème 25, (8 ).  C’est d’ailleurs au Corps spirituel du Christ devenu Corps de résurrection puis Corps mystique que tous les élus qui ressusciteront dans le Royaume sont incorporés,  (ce Corps mystique du Christ est aussi son Royaume et son signe sur terre est représenté par l'Église en devenir, son Épouse).  L’incarnation en acte est une divinisation,  (c’est la nature humaine qui devient Nature divine).

(huit)  Pourquoi n’a-t-on jamais retrouvé le corps mortel de Jésus et que son tombeau est demeuré vide après que le Corps spirituel de la Personne du Christ devenu Corps de résurrection fut ressuscité 3 jours après sa mort, comme Il l'avait prévu ?

C'est que le corps mortel de Jésus, tout comme celui de la Vierge Marie, ne possédaient pas l'espèce humaine en eux, cette tache ou cette inclination à pécher,  (la tache originelle), cette non-gratuité que tout personnage hérite en venant en ce monde comme conséquence du mauvais choix Originel ou du péché originel d'Adam et Ève.  Son corps mortel est disparu sans laisser de traces et n'a pas subi la décomposition à l'inverse des personnages de chair et de sang qui, eux, ont été procréés et 'ne sont que poussières qui retourneront poussières'.  Son corps mortel est disparu sans laisser de traces tout comme au dernier jour disparaîtra toute la non-gratuité du vêtement de peau au sens large, en même temps que le monde des hommes, pour faire place à la GRATUITÉ du Royaume.  'L'Événement' sera sans témoins, puisque la Fin,  (la Parousie) tout comme le Commencement,  (l'Origine), sont hors de l'Histoire, INTEMPOREL..hors de l’espace et du temps.  Seuls les élus qui sont déjà dans les temps éternels le vivront.

Et en ce jour là disparaîtra tout corps de chair et de sang, car tout ce qui n'est pas de création mais de procréation est fini et corruptible et ne peut hériter de l’INFINITÉ et de l'incorruptibilité du Royaume  (la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité, nous dit saint Paul)  (la 'corruption' ici désigne la décomposition, la pourriture, la putréfaction du corps mortel).  Ainsi c'est le Corps propre ou spirituel de la Personne du Christ..le Verbe rédempteur qui est ressuscité et non le corps mortel du personnage de Jésus.  Cependant dans la personne d’élection le corps spirituel et le corps mortel de l'homme n’en font qu'un dans la réalité de notre monde et c'est le premier qui anime le second.  Le corps spirituel épouse le corps mortel.  Le corps propre de l’homme devient corps spirituel puis corps de résurrection par une mystérieuse mutation à l'eucharistie, grâce à l'incarnation en acte ou active, alors qu'en réalité, en  consommant le Christ, c'est lui qui nous consume.


(9)  La Résurrection du Christ et son Ascension au Ciel
(Credo : Je crois à la résurrection de la chair..)

Lorsqu'un chrétien récite cette partie du credo à la messe, il lui faut savoir de quelle chair il s’agit.  La chair de quel corps ?  Lorsque quelqu’un pose la question à saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens au chapitre 15, versets 35 à 54 : mais avec quel corps les morts ressuscitent-ils ?  que lui répond-t-il ?

Sûrement pas avec leur corps de chair et de sang car Paul nous dit que ni la chair ni le sang n’hériteront du Royaume, (verset 50).  De quel corps s’agit-il alors ?  Au verset 44,  Paul dit que s’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.  Ce corps animal n’est-ce pas le vêtement de peau, celui du personnage, son corps mortel ?  Et le corps spirituel, comment se le représenter ?  Comme son nom l’indique, il est spirituel, donc de même nature que l’âme : invisible.  L’âme et le corps spirituel sont indissociables et c’est l’âme qui donne vie au dernier.  C’est le corps que l’on 'est'.  Mais de quoi ce corps est-il fait ?  A-t-il une chair également ?  Il a une chair mais différente de celle du corps que l’on 'a',  (no (4) plus haut, lignes 20à23).  Cette chair spirituelle n’est qu’une relation à la Pensée de Dieu et à son Acte d’Amour.  Cette chair prime, c’est la chair que l’on 'est', que personne n’a jamais vue : la nature humaine, alors que la chair de notre corps de chair et de sang, la chair seconde, c’est celle que l’on 'a' et qui découle de l’espèce humaine par procréation,  (25, (14)).  Toute chair n’est pas la même chair, nous dit saint Paul au verset 39.

Paul dit également au verset 50 que ni la chair, ni le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, et la corruption, (sa pourriture) n’hérite pas de l’incorruptibilité, (du Royaume).  Alors c'est quel corps qui ressuscite ?  Le corps spirituel évidemment, le vrai corps.  En somme le corps propre de l'homme, son vraie corps, est semblable à une graine (une graine de Royaume ?) que Dieu a semé dans son corps mortel et qui est appelé à grandir, à se transformer, à devenir comme une plante, à devenir corps de résurrection, tout comme la chenille est transformée graduellement en papillon par l'épreuve chrysalidale, et qui pourra s'envoler en toute liberté vers le Royaume après la mort du corps qu'il 'a'.  Chaque fois qu'un enfant naît sur terre, Dieu lui donne son corps propre ou spirituel qu'Il a créé,  (le corps qu’il 'est').  Mais le corps de résurrection n'est pas le corps biologique.  Cependant le corps spirituel qui devient corps de résurrection ne fait qu’UN avec le corps de chair et de sang ou le corps que l’on 'a'.  Ils ne font qu’UN.  Ils sont en unité générique dans la personne d’élection seulement.

La résurrection n'est pas la réanimation d'un cadavre.  Les textes de la Bible surabondent en ce sens : 2, Samuel, 14, 14 - 1, Cor. 15, 50 - 1, Cor. 6, 13.  C'est le papillon qui ressuscite dans le Royaume et non la chenille : la plante et non la graine qui est semée : le corps spirituel devenu corps de résurrection et non le corps de chair et de sang.  C'est la nature humaine de ce corps spirituel qui est divinisée par l'incarnation en acte à l'eucharistie.  C'est cette chair prime ou première qui est transformée : sa nature humaine qui devient Nature divine.  C'est la transformation de cette chair alors que le Christ l'investit ou la transforme graduellement par la puissance de son Esprit à la mesure de ses relations ou de ses actes d’Amour.  En somme la résurrection pour un chrétien, c'est accepter de se laisser transformer par l'Amour de Dieu le Père, Dieu le Fils, et Dieu l'Esprit Saint.

La Résurrection du Christ est la base de la foi chrétienne.  Ce que les apôtres ont vu après que le Christ eut ressuscité et demeuré sur la terre 40 jours après sa résurrection et juste avant son ascension au Ciel était des 'figurations'..des 'apparitions', tantôt celle d’un jardinier, tantôt celle d’un voyageur.  Cependant ils n'ont pas vu son Corps de résurrection, son vrai Corps, qui est monté au ciel dans toute sa Gloire et que personne n'a jamais vu, car pour voir Dieu il faut mourir.  Ce n’est pas son personnage qui est ressuscité mais sa Personne.  'La résurrection de la chair' du credo des chrétiens n’est pas celle de la chair du corps qu’ils 'ont', mais bien celle de la chair du corps qu’ils 'sont'  c'est-à-dire celle de leur corps spirituel fait d'une chair spirituelle que nul n’a jamais vue.  Les apôtres n’ont pas vu le corps spirituel du Christ ressuscité.  Le corps mortel et le corps spirituel ne font qu’un dans la réalité mais ne sont pas en unité générique : le corps spirituel a la même forme que le corps mortel.   La vie du corps de chair et de sang ne lui est pas enlevée par la mort biologique.   Elle est seulement changée en Vie, en vie éternelle.  Cependant il n'y a plus de figures dans le Royaume, seulement des présences.

Reste l’article 1005  du C.E.C. qui dit qu'après la mort, l'âme est séparée du corps mortel.  Elle sera réunie à son corps le jour de la résurrection des morts.  Cette affirmation qui est basée sur la personne humaine considérée comme une âme incarnée dans un corps mortel ressemble davantage à une réincarnation qu'à une résurrection.

Et c'est pourquoi chaque Enfant de Dieu peut dire dès ici-bas, comme le disait saint Paul lui-même aux Galates en 2, 20 : ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi, c.à.d. en ma personne,  (corps spirituel + âme).


Dernière édition par Admin le Sam 29 Avr - 19:12, édité 12 fois
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

JÉSUS ET LE CHRIST EN JÉSUS-CHRIST

Message  Admin le Mer 16 Sep - 18:40

Pourquoi en Jésus-Christ, Jésus et le Christ ne sont qu’une seule et même Personne ?

Si on accepte le concept révélé de la personne comme étant une âme spirituelle incarnée dans un corps spirituel ou dans un corps propre,  (et non une âme spirituelle dans un corps mortel, un concept dépassé) :

Jésus comme personnage était l’objectivation,  (la matérialisation), de la Personne du Verbe créateur,  (qui s'est fait rédempteur), ou du Christ préexistant.  Il était la Figure ou le Signe de Dieu le Verbe incarné,  (Il s'est objectivé lui même !).  Il était bien le Fils de Dieu parmi nous mais Il ne l'était qu'en Figure sous le signe de son personnage de chair et de sang,  (son «vêtement de peau» Gn. 3, 21).

Et c'est le Christ qui était sa Personne : une personne divine : une Âme spirituelle incarnée dans un Corps spirituel ou un Corps propre.  Et c’est le Christ qui possède les deux natures en Jésus-Christ : la nature humaine et la Nature divine en unité générique ou hypostatique et qui fait qu'Il est vraiment Dieu et vraiment homme,  (vrai Dieu et vrai homme).  La nature humaine lui a été donnée par sa Mère,  (la personne de Marie), en Éden, à l'Origine, afin qu'Il devienne Christ, et qu’Il puisse réaliser sa Mission créatrice du monde et de toute l’humanité,  (par la suite le salut de cette humanité).

Après la résurrection Jésus dira  à Marie-Madeleine : «ne me touche pas, je vais vers mon Père», pour lui signifier que désormais sa Figure, de chair et de sang, a fait son temps, comme s'Il voulait nous faire comprendre que la vertu de foi est inversement proportionnelle à l'éclat de son signe-figure.  Et c'est l'Homme-Dieu, Jésus-Christ, qui est ressuscité le matin de Pâques et monté aux cieux.  Et c'est le Christ seul qui régnera pour l'Éternité, sans sa figure  (décédée), et qui permet à l'homme de ressusciter,  ('l’Homme' ici veut dire toute l'humanité, le genre humain, tous les hommes de tous les temps).

Cependant ce n’est pas le corps mortel de Jésus qui est ressuscité. La résurrection n'est pas la réanimation d'un cadavre.  C'est l'humanité que le Christ-Jésus portait en lui,  (et qu'Il a créée), sa nature humaine, qu'Il a élevée au même niveau que sa Nature divine, par la mort de Jésus sur la croix,  (Kénose).

Cette humanité, cette nature humaine, c’est celle du Corps spirituel du Christ-Jésus en son unité hypostatique que Jésus a assumée en mourant sur la croix pour elle, et qui peut ressusciter, et toute personne humaine qui le veut peut transformer sa nature humaine en Nature divine par l'incarnation en acte à l'eucharistie, et se faire Dieu,  (Dieu s'est fait homme afin que l'Homme se fasse Dieu) ; si elle consent seulement à le suivre en imitant sa Kénose, car elle fait partie de cette humanité  (à noter que la kénose qui est renoncement ou mort à soi-même selon la parole de Jésus : «que celui qui veut me suivre, qu'il se renonce à lui-même et qu'il prenne sa croix»  (Marc 8, 34), c'est la capacité de se tenir dans le Monde de l'Être, ce qui résume tout le renoncement à soi-même..à son personnage).
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum