Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 12 - RENAÎTRE À L'AMOUR DE DIEU
Dim 6 Nov - 10:21 par Admin

» 17 - LE BAPTÊME
Sam 9 Jan - 18:20 par Admin

» 16 - LE MAL..
Sam 2 Jan - 20:22 par Admin

» 18 - LA VIERGE MARIE
Ven 30 Oct - 11:27 par Admin

» l9 - LA PERSONNE ET LE PERSONNAGE
Mer 16 Sep - 18:40 par Admin

» 6 - LA CRÉATION D'ORIGINE.
Sam 9 Mai - 15:24 par Admin

» 9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll
Ven 7 Nov - 20:38 par Admin

» 31 - CRÉATIONNISME OU ÉVOLUTIONNISME ?
Jeu 3 Juil - 20:08 par Admin

» 25 - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
Ven 20 Juin - 11:04 par Admin

» 36 - LA NUPTIALITÉ DIVINE COMME FONDEMENT DE L'AMOUR NUPTIAL ET DE LA TRINITÉ
Lun 22 Juil - 18:23 par Admin

» 35 - DIVERS....
Dim 9 Juin - 17:31 par tyjaro

» LE COIN DES MEMBRES
Dim 31 Mar - 14:01 par tyjaro

» 28 - LA CONCEPTION DU ROYAUME DE DIEU
Mar 17 Jan - 17:04 par Oméga3

» 29 - LE MYSTÈRE DU ROYAUME DE DIEU
Dim 16 Oct - 19:55 par Oméga3

» POUR CONSULTER LA BIBLE
Mer 12 Oct - 21:10 par Admin

» 7 - L'ÉDEN ET LE MAUVAIS CHOIX ORIGINEL
Mar 27 Sep - 8:23 par Oméga3

» VOUS AVEZ DES QUESTIONS ? DES DOUTES ? DES COMPLAINTES ?
Mar 30 Aoû - 14:23 par Admin

» 8 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - l
Sam 6 Aoû - 9:41 par Oméga3

» 34 - FAUT-IL CONVERTIR LES CATHOLIQUES AU CHRISTIANISME ?
Mer 15 Juin - 17:18 par Admin

» 33 - NOTRE PÈRE
Lun 6 Juin - 21:06 par Admin

» 32 - POUR LA SURVIE DE L'HUMANITÉ
Lun 30 Mai - 15:59 par Admin

» 30 - LA SCIENCE OU LA CONNAISSANCE DIVINE
Lun 30 Mai - 15:57 par Admin

» 27 - LE ROYAUME DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:50 par Admin

» 26 - LA RELATION
Lun 30 Mai - 15:48 par Admin

» 24 - L'AMOUR DE DIEU
Lun 30 Mai - 15:45 par Admin

» 23 - DIEU...
Lun 30 Mai - 15:44 par Admin

» 22 - LA VÉRITÉ
Lun 30 Mai - 15:43 par Admin

» 21 - LA PENSÉE MÉTAPHYSIQUE
Lun 30 Mai - 15:42 par Admin

» 20 - LES ENFANTS SPIRITUELS
Lun 30 Mai - 15:40 par Admin

» 15 - L'INSTANT ET LE MOMENT
Lun 30 Mai - 15:31 par Admin

» 14 - LE MARIAGE CHRÉTIEN
Lun 30 Mai - 15:30 par Admin

» 13 - L'ARBRE DE LA VIE ET L'ARBRE DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL
Lun 30 Mai - 15:28 par Admin

» 11 - L'AMOUR
Lun 30 Mai - 15:23 par Admin

» 10 - LE MONDE DE DIEU ET LE MONDE DES HOMMES.
Jeu 5 Mai - 11:52 par Admin

» 5 - L'ACTE CRÉATEUR.
Ven 22 Avr - 16:43 par Admin

» 4 - LA GRATUITÉ DIVINE.
Ven 22 Avr - 11:58 par Admin

» 3 - GLOSSAIRE.
Ven 22 Avr - 11:55 par Admin

» 2 - L'OEUVRE DE L'ABBÉ MARLIÈRE DANS SON ENSEMBLE.
Mer 20 Avr - 22:17 par Admin

» 1 - PRÉAMBULE.
Mer 20 Avr - 22:16 par Admin

» LA SPIRITUALITÉ DES MARLIÉRAINS.
Mer 20 Avr - 22:11 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

9 - L'OBJECTIVATION VERSUS L'ÉVOLUTION - ll

Message  Admin le Jeu 5 Mai - 11:51

Le phénomène de l’objectivation c’est le regard de l’homme qui a changé complètement suite au mauvais choix Originel d’Adam et Ève, en Éden.  C’est l’apparition de l’objet, dont la nature est complètement opposée à la Nature de Dieu.  C’est toute la non-gratuité du monde des hommes opposée à la GRATUITÉ de la création d'Origine,   (ce thème est assez long).


9 - L’OBJECTIVATION VERSUS L’ÉVOLUTION - ll


C'est la Foi qui nous fait comprendre que le monde a été formé par la Parole de  Dieu, en sorte que le visible vient de l'invisible,  (Hébreux, 11, 3).

(1)  Ce thème est la continuation de L'OBJECTIVATION - l, thème 8, mais de façon plus élaborée.

Tel que mentionné au thème précédent, le monde actuel ou le monde des hommes, l’univers de l’homme, de même que les personnages et les autres espèces qui l’habitent, n’est pas le Monde que Dieu a créé à l'Origine ou tel qu'Il aurait voulu qu'il soit.  Le monde actuel n'est que l’objectivation ou la matérialisation de la création originelle de Dieu par l'homme, l'Éden, conséquence du mauvais choix Originel d’Adam et Ève, en Éden,  (rappel : l’Éden, le Paradis ou la création d'Origine était invisible, non matérielle, céleste, métaphysique, ontologique ou non perceptible par les sens).  Cet Éden est toujours présent mais invisible derrière le monde que l’on observe actuellement.  Le monde actuel s'appuie et se fonde sur la création d'Origine ou l'Éden, ontologique.  Le monde actuel, tel qu'on le 'perçoit' actuellement, n’est pas selon la Pensée, le Désir ou le Vouloir de Dieu.  Il n'est pas selon sa Volonté, mais bien de volonté humaine.  Le monde actuel n'a pas été 'créé' par Dieu, il a été 'procréé' par l'homme.  Il est né d'un désir de la chair,  (de l'espèce humaine), et non d'un Désir de Dieu.  Dieu ne pouvait pas le créer car il n'est pas du tout à sa ressemblance.

Alors qu’à l’Origine, en Éden, nous étions tous des êtres spirituels, des 'présences' en relation les unes avec les autres, des personnes, c'est-à-dire des esprits incarnés dans des corps spirituels, en unité avec la Présence créatrice,  (le Verbe créateur, le Christ), que nous formions tous une plurinité ou plusieurs personnes en unité générique avec Adam et Ève, toute cette création est passée d'un Monde de 'présences' ou 'd'être' invisibles à un monde d’objets matériels, visibles, et nous sommes devenus nous-mêmes des objets.  Mais que s’est-il donc réellement passé pour que cela se produise ?

(2)  Au thème 7 on a vu que le mauvais choix Originel d’Adam et Ève a été un refus de Dieu, de son Amour, et que le motif principal de ce mauvais choix a été d'abord un péché contre la Foi, alors qu’ayant voulu Être par eux-mêmes, ou ayant voulu se faire Dieu par eux-mêmes, par orgueil, alors qu’ils en étaient incapables, car il n'y a que l'Esprit seul qui peut nous faire Être, ils ont objectivé toute la création originelle de Dieu.  Ils l'ont fait devenir objets.  Ils lui ont imposé toute la non-gratuité héritée du fruit de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal.

Le premier couple pèche donc d'abord contre la Foi,  (contre l'Esprit Saint), alors qu’il décide par lui-même ce qui est Bien, selon ce qu’il juge lui convenir, et non selon le jugement ou la Parole de Dieu.  C’est le fruit de l’arbre de la connaissance du Bien et du mal de la Genèse, la science du Bien et du mal,  (le péché originel n'est pas un mythe !).  Cependant à l’inverse du premier ange Lucifer, qui lui, a péché par mauvaise Foi**, Adam et Ève, eux, pèchent seulement par désobéissance à sa Parole.  Ils imposent leur vérité qu’ils opposent à la Vérité de Dieu.  C’est l’individualisme de Paul Vl : l'homme qui décide par lui-même ce qui est Bien et ce qui est mal sans aucune référence à la Parole de Dieu.

Ainsi en refusant l’offre de Dieu d'accueillir son Amour,  (l'amour divin), cet Amour qui les aurait fait devenir semblables à Lui dans son Monde d'Amour, Adam et Ève acceptaient par le fait même l'offre du serpent, du Malin, celle de vivre dans son monde à lui.  C’est comme s’ils choisissaient de faire leur propre vie à l’extérieur de la Maison de Dieu tout comme l’adolescent qui veut quitter la maison paternelle pour aller faire sa vie ailleurs ; pour vivre sa vie à sa façon..tout comme l’enfant prodigue de la Bible.  Ils auraient pu choisir la Vie, ils ont préféré la vie.

(3)  C’est le péché d’Adam et Ève, le premier péché du monde, le mauvais choix Originel qui a fait basculer toute la création originelle de Dieu sous l’emprise du démon..celui qui devient alors le prince de ce monde, qu’ils ont voulu se donner,  (Jean, 12, 31).  La chute originelle ç'a été la victoire du Malin ; celui qui règne désormais sur toute la création de Dieu en la plongeant dans les ténèbres de la non-gratuité après avoir inspiré le mauvais choix de nos premiers parents.  C’est donc par les puissances du mal et avec la complicité d’Adam et Ève que la création originelle de Dieu est devenue ce qu’elle est présentement : le vêtement de peau au sens large et sa nudité,  (sa non-gratuité).  

Mais comment Adam et Ève ont-ils pu déclencher cette objectivation en premier lieu ?  Et comment s’est-elle produite réellement ?  (4)  C’est en Éden, dans le Monde de 'l'être', par la tentation du serpent, que s'amorce l'objectivation alors que le dialogue entre Ève et ce dernier, enroulé autour de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal, révèle déjà qu’un certain doute commence à poindre dans l’esprit du couple quant à la Parole de Dieu qui a dit : si vous en mangez vous en mourrez certainement,  (Gn 2, 16).  Pour Adam et Ève, ce doute se mue alors en soupçon à l'écoute des paroles du serpent :
Non vous ne mourrez point.  Dieu sait, en effet, que du jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et que vous serez comme des dieux, connaissant le Bien et le mal,  (Gn 3, 4 et 5).

Puis du doute au soupçon, c'est le désir qui s’éveille, l'ambition de se faire Dieu contre Dieu : alors la femme vit que l’arbre était agréable aux yeux et désirable pour acquérir l’intelligence, (Gn 3, 6) :  désir..curiosité..sensualité..convoitise..possession..cupidité..jouissance... indépendance..liberté..c'est l'objet qui se dessine et qui exerce son influence sur la chair,  (l'espèce),  comme si les sens voulaient s'éveiller pour en jouir,  (la séduction de l'objet sur les sens).  Tout est prêt pour l’objectivation ou l’apparition de l'objet..le terme réel.  Il ne reste plus qu’à y consentir.

L'ambition ou le désir de se faire Dieu devenant irrésistible et avec le consentement d’Adam, apparaît alors le premier terme réel : le personnage, celui qui a un commencement et une fin dans le temps et l’espace : celui qui est opposé à un attribut de Dieu, à savoir son INFINITÉ de nature,  (on a vu que Dieu n’a ni commencement, ni fin ; il est INFINI alors que le personnage, lui, est fini).  C’est alors la première manifestation de non-gratuité qui apparaît : l'objet.  La personne, elle, créée dans la GRATUITÉ par le Christ, et en Lui, contrairement au personnage, possède encore cet attribut originel de la Nature de Dieu.  Elle n'est pas finie, mais infinie.  Tout comme pour le Verbe créateur auquel elle est incorporée, elle a aussi une Origine,  (qui ne comporte pas de temps cependant).

(5)  Ainsi en refusant le Monde d'Amour que Dieu voulait leur faire connaître et préférant connaître leur Éden via l’arbre de la connaissance, c’est-à-dire de s’y installer pour en jouir comme dans une demeure stable, la personne humaine en l’homme a rompu le lien ou la relation d'Origine avec Dieu et s’est donnée son propre corps de chair et de sang et son propre monde.  Le personnage, avec le corps qu'il 'a' et ses sens, n’est pas 'de création', mais de volonté humaine.  Il est 'de procréation'.  Ainsi c’est par procréation ou par un désir de la chair que sont apparus les premiers personnages en Éden, l’homme étant incapable de créer réellement comme il aurait voulu le faire.  Il ne peut rien faire qui subsiste éternellement.  Il ne peut que procréer,  (20, (6)).

Et ainsi par sa non-gratuité, ce personnage, cet objet ou ce terme réel*, s’exclut lui-même de l’Éden où tout est GRATUITÉ, comme il sera exclu du Royaume.  Et c’est Dieu lui-même qui revêtira les premières personnes de tuniques de peau ou d'un vêtement de peau, comme il est écrit dans le Livre de la Genèse : et Dieu fit à Adam et à sa femme des tuniques de peau et les en revêtit,  (Gn 3, 21).

L'objectivation, c'est le vêtement de peau au sens individuel : le corps mortel du  personnage de chair et de sang, et, au sens large, toute la création d'Origine revêtue d'un voile de non-gratuité que l'homme objective par ses sens et son esprit.  Cependant ce vêtement de peau n’est pas une création de la part de Dieu.  C’était seulement pour respecter la liberté et le choix de l’homme, et c’est la personne humaine,  (corps spirituel + âme), créée, mais maintenant voilée, qui anime et rend vivant ce personnage manifesté par son vêtement de peau.

C’est donc Dieu qui a façonné le corps mortel du premier couple en Éden et qui lui en a fait don.  Cependant Il ne l'a pas 'créé' car il n'est pas de volonté divine.  Le vêtement de peau du personnage et de son monde ne sont pas 'de création'.  Ils ne sont pas à la ressemblance de Dieu.  Ils ne sont pas fait de GRATUITÉ comme Dieu mais de non-gratuité comme l'homme. Ils sont nés d'un désir de la chair, de l'espèce humaine : ils sont de volonté humaine : ils sont 'de procréation',  (thème 20, (6)) ; ils sont à la ressemblance de l'homme,   (note : l'homme est un animal raisonnable comme on dit, mais pas un animal qui résulte de l'évolution d'autres espèces animales.  Il l'est à cause de sa 'peau de bête' ou de son vêtement de peau que Dieu lui a confectionné à sa sortie de l'Éden.   L'homme par le corps qu'il 'a' n'appartient pas au règne animal.  Le corps de l'homme, son vêtement de peau représente l'espèce humaine opposée à la nature humaine du corps spirituel ou du vrai corps de sa personne.  L'animalité de l'homme, lui vient de  l'espèce humaine  (non-gratuité) qui est un besoin de reproduction, de jouir et de posséder.  Le corps mortel n'a pas été créé par Dieu.   Il n'est pas de création, c'est-à-dire à la ressemblance de Dieu ; il est de procréation.  L'homme par le corps qu'il 'est'  (sa personne), n'a pas été créé à partir de la matière, mais à partir de rien, c.à.d. du Christ anéanti.  

(6)  L’objectivation de la création originelle de Dieu par Adam et Ève et de toute leur postérité, conséquence de leur mauvais choix Originel, a fait paraître toute la non-gratuité qui était cachée dans le fruit de l’arbre de la connaissance du Bien et du mal selon un mode processionnel, c’est-à-dire selon un enchaînement de l’une vers l’autre.  Ce cortège d'objets de non-gratuité est probablement apparu progressivement, à cause du passage de l'INTEMPOREL du Monde de Dieu au temporel du monde des hommes, de l’apparition du temps et de l’espace.  On a vu que Dieu dans son intemporalité de nature, de même que tout ce qu'Il crée à sa ressemblance..GRATUITÉ..n'est pas régi par le temps et l'espace.  Et cette objectivation se poursuit encore de nos jours avec les découvertes de la science moderne ou de la connaissance objective, cette connaissance héritée de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal.

Ainsi c’est suite à l’apparition de cet objet qu’est le personnage avec son vêtement de peau et ses sens que l’Homme en Adam et Ève 'perçoit' désormais son nouveau monde.  En voulant ce monde selon son propre jugement et en décider selon son propre regard, c'est-à-dire en choisissant la connaissance de l'arbre de la connaissance, Adam et Ève s’érigent alors en termes réels et provoquent par la même et nécessairement l’éveil de leurs sens : le regard, le toucher, l'odorat, le goûter, l’ouïe, et la sensibilité, un sens interne.  L’Homme devenu maintenant personnage, conséquence de la faute originelle, perd sa sensibilité spirituelle,  (celle de sa personne) : il perd son mode de connaissance par intuition directe et immédiate, son regard avec les yeux du cœur, sa vision d’Origine, (et leurs yeux s’ouvrirent).  Il objective alors toute la création d’Origine et s’éveille au sensible, à l'objet et à toute sa non-gratuité, (et ils virent qu’ils étaient nus). Nos premiers parents se retrouvent alors nus l’un devant l’autre en objets de désir.  'L’être' de l'Éden se mue en 'existence' dans le monde des hommes.  'La présence de la chose' se fait 'chose présente' ; la GRATUITÉ devient non-gratuité.  L'homme est maintenant entouré de non-gratuité.  Et c’est par objectivation ; par l’éveil de ses sens ; par ce nouveau pouvoir de perception qui apparaît, que l'homme provoque l’apparition de son monde, le monde des hommes.  En objectivant la création d'Origine de Dieu par ses sens qui sont pour lui comme un pouvoir de perception, il la fait paraître, la fait devenir objets, la matérialise en quelque sorte.  Il l’existentialise, la rend visible, sensible, et lui impose par le fait même toute la non-gratuité de son vêtement de peau : l'opacité matérielle, le mouvement, la vitesse, la dureté, la densité, la couleur, la successivité ou la suite d'événements, le devenir, le changement, le vieilissement, la finitude, la mort...(ce qui n'empêche pas la création de Dieu, même objectivée, de lui paraître belle !).  

Le péché d’Adam et Ève a donc provoqué une rupture avec Dieu et sa création originelle  (l'Éden), et en a fait le monde des hommes.  L'homme, de personne qu'il était, devenu terme réel ou personnage, a mis un terme* de non-gratuité en travers de sa relation avec Dieu : le personnage, le vêtement de peau, le terme réel,  (Adam, où es-tu ?   Gn 3, 10),  (à noter que la GRATUITÉ de Dieu et la non-gratuité du vêtement de peau sont comme le jour et la nuit pour Dieu.  Et le nouveau monde de l'homme qui représente le vêtement de peau au sens large est pétri de non-gratuité lui aussi par ses lois naturelles ou par les lois de la nature qui le régissent).

LE MÉCANISME DERRIÈRE L'OBJECTIVATION

(7)  Le monde actuel est apparu avec l’éveil des sens du personnage de chair et de sang, au sortir de l'Éden.   L'univers actuel n’a pas précédé l’homme, mais il est apparu après lui.  Il est apparu avec le phénomène de l'objectivation ou le pouvoir de perception que possèdent les sens de l'homme de faire naître plus ou moins consciemment l’objet sensible dans une relation qui s’établit entre eux et chaque présence de l'Éden, par laquelle ils requièrent à cette présence,  (ou à cet 'être'), de manifester son 'étant' sensible  (son objet, son existentialité).  C’est le phénomène de l’objectivation qui fait partie de la réalité existentielle de chaque personnage.

Toute connaissance humaine qui vient à l'esprit du personnage passe nécessairement par ses sens nous dit saint Thomas d'Aquin.  Et tous les êtres qui composent l’ordre puissant de ce monde sont d’être perçus ou connus et ne subsistent point hors d'un esprit,  (ici il est intéressant de souligner le fait que la physique quantique moderne affirme que les objets sont reliés entre eux par-delà l'espace et le temps***).

Pour nous en tant que personnages, la perception ou la représentation que l'on se fait de la création originelle de Dieu, c'est la relation* entre le couple 'sens-présence' qui provoque l’actualisation de cette présence et fait apparaître ou exister son signe-support : l’objet concret.  Une découverte récente réalisée par des chercheurs britanniques a démontré que ce n’est pas l’objet qui projette sa couleur à l'oeil, mais que c’est l’œil qui le revêt de sa couleur en le percevant, en le faisant paraître, en l'objectivant.  Tout comme pour le regard en tant que pouvoir de perception de la création d'Origine par le personnage, il en va de même pour les autres sens dans le phénomène de l'objectivation : le toucher, le goûter, le sentir, l’ouïe et même la sensibilité,  (un sens interne).

(Huit)  De tout ce qui a été dit plus haut et qui s’est réellement passé à l’Origine et qui se passe encore dans les commencements successifs de notre Histoire, on peut maintenant s’interroger sur la réalité de notre monde visible et sur les objets qui le meublent.  La facticité ou la fausseté de l’objet que l’on perçoit avec nos sens va tellement à l’encontre des idées reçues que beaucoup s’obstinent à reconnaître ce fait.  Pourtant la science elle-même,  (la physique quantique), en arrive à la même conclusion : aux limites de la matière, le temps et l’espace sont anéantis ou n'existent plus.  Nous retrouvons à nouveau la facticité de l’objet, qui est aussi d'espace et de temps.  C’est alors l’homme et son univers matériel qui sont remis en question ; la science s'interroge sur l'existence même de cet homme et de ce cosmos.  Ce monde que l’on observe ou que l’on 'perçoit' avec nos sens n’est pas la vraie réalité ; il n’est que l’apparence ou l'objectivation d’une autre réalité..la réalité ontologique du Monde de 'l'être'..de l'Éden ou de la création d'Origine, la création ex nihilo, (voir thème 28, (1) : la leçon ou le message)...

L'HOMME ANTÉRIEUR À SON UNIVERS

(9)  Pour cette même raison, on peut s’interroger sur certaines affirmations de la science contemporaine  (surtout en référence au passé).  La science des hommes a des pieds d’argile à cause du fait qu’elle est basée sur l’antériorité de l’objet sur les sens et l’esprit de l'homme, ce qui est faux : c'est l'esprit et les sens qui sont antérieurs à l'objet.  Tout le savoir humain est basé sur l'antériorité de l'objet sur les sens et l'esprit de l'homme : ce qui est faux,  (note : tout ce que l'on observe dans notre monde est objet).  Il n'y a pas antériorité de l'objet sur les sens.  L’objet est là parce que nous le percevons, mais nous ne le percevons pas parce qu’il est là.  En réalité, l’objet est apparu après les sens et l'esprit de l'homme, (après l'homme).  Ainsi par exemple dans le cas de la terre : la science nous dit que le big-bang est apparu il y a 13,8 milliard d'années et  la terre il y a 4 milliards et demie d’années.  Dans l’optique de ce nouveau regard, la terre a été créée par Dieu, dans l'instant ou dans 'le temps de Dieu', dans son monde à lui, et est objectivée par l'homme dans son monde à lui, et cet objet lui paraît comme apparu avant lui, alors qu'en réalité, il est apparu après lui.  Il n'y a pas antériorité de l'objet sur les sens.  Le cosmos n'a pas précédé l'homme, mais il est apparu après lui.  Le cosmos est postérieur au vivant qui le perçoit.  De même pour l’évolution des espèces ou la transformation d’une espèce en une autre en biologie et en paléontologie. Toutes les espèces ont été créées ensemble et en même temps  dans l'instant de l'Éden par Dieu mais sont apparues chacune en temps et lieu à des moments différents dans notre monde.  Dieu accorde 'l’être' à tout ce qu’Il créé dans l'instant, présentement, instantanément, mais sa création ou ce qu'Il crée apparaît à différents moments et lieux dans notre monde à cause du devenir de notre monde, (du futur), qui fait partie de la non-gratuité de notre monde.  L'évolution ne tient plus la route devant l'objectivation.

Ainsi notre perception de la vraie réalité  (le Réel) par nos sens et notre esprit a une faiblesse en ce qu’elle se fait une fausse représentation du Monde des présences..de la création d'Origine ou de l'Éden.  La difficulté majeure que nous avons à concevoir ce monde ontologique vient de la 'perception' que l'on  s'en fait, biaisée par le voile de non-gratuité qui existe entre lui et notre esprit,  (le vêtement de peau).  Si pour la science géologique, le passé de la terre est inscrit dans ses strates rocheuses et qu'elle en a même tirée une histoire et une théorie, c'est à cause de toute cette non-gratuité  qui était cachée dans le fruit de l'arbre de la connaissance et qui a été assimilée par le vêtement de peau de l'homme, à sa sortie de l'Éden, et qui fait que maintenant il objective le Monde de 'l'être',  (l'Éden), à partir de ce monde d'apparences, fictif et trompeur, qui n'est pas le vrai Monde et voué à disparaître un jour, et il le perçoit comme une 'évolution'.  C'est à cause de toute cette non-gratuité opposée à l'IMMUTABILITÉ et à l'INTEMPORALITÉ divine de la création d'Origine,  (temps, passé, usure, érosion, désintégration, décomposition, transport, mouvement, vitesse, vent, écoulement, déposition, sédimentation, superposition, succession...), et la science humaine avec sa théorie de l'évolution ne représente qu'une tentative pour expliquer cette réalité ontologique objectivée, la création d'Origine objectivée.  Aussi, le jour où sera reconnue et bien comprise cette incroyable et stupéfiante 'réalité' que nous appelons l'objectivation de la création originelle, comme 'figure' du monde sensible, la science et la technique, si en vogue aujourd'hui, perdront toute leur popularité au profit de la connaissance intuitive, la vraie connaissance, alors qu'on reconnaîtra la 'facticité' de la connaissance humaine ou objective, cette connaissance héritée de l'arbre de la connaissance et vouée elle aussi à disparaître un jour.  

(10)  À cause de la temporalité de notre monde,  (du temps et de l'espace), opposée à l'INTEMPORALITÉ de la création d'Origine,  (pas de temps et d'espace dans ce Monde invisible), ce n’est que pour nous qu’il y a apparitions de successivité ou de suite d'événements qui sont opposées à l'IMMUTABILITÉ DIVINE.  C’est parce que l’homme impose toute sa non-gratuité,  (celle de son personnage), à la création d'Origine, et entre autre son opacité matérielle, son devenir, sa finitude, la successivité de temps et d'événements.  En l’objectivant par sa science ou sa connaissance humaine qu'il a hérité de l'arbre de la connaissance du Bien et du mal, il en fait une 'évolution',  (il ne faut pas oublier que toute connaissance humaine qui vient à l'esprit de son personnage passe par ses sens  - saint Thomas d'Aquin !).  

Ainsi, il n’y a pas de mouvements dans la création d'Origine.  Tout est IMMUABLE comme Dieu lui-même qui ne change pas dans son 'Être',  (thème 4).  L’objet, le terme réel, n’existe pas dans la création d'Origine ou dans le Monde de 'l'être'.  Tout est SPIRITUEL comme Dieu lui-même qui n'a pas de figure.  Le changement, le devenir, le passé des êtres et des choses, n’existent qu’au regard des personnages.  C'est le personnage qui se construit des repères ou une histoire pour se retrouver dans le passé.  C'est l’homme en tant que personnage qui s'invente un monde à sa mesure mais qui n’est pas la vraie réalité.  Il n’est que l’apparence d’une autre réalité : la réalité ontologique d’Origine, la création d'Origine, l'Éden ou le Monde de 'l'être'.

Les sens du personnage ne peuvent capter cette création d’Origine ou ce Monde de présence ou d'être, toujours présent dans l'instant, et la transmettre à son esprit, sans l'opacifier et l'interpréter selon une perception biaisée par la non-gratuité de son vêtement de peau.  Elle est donc toujours pour lui qu’une apparence.  Et les découvertes scientifiques qui s’accumulent ne font que poursuivre cette objectivation commencée au sortir de l’Éden.  La science,  (paléontologique entre autre), peut ainsi découvrir un passé fabuleux. Il n’est toujours dans la vraie réalité,  (le Réel, le réel ontologique), que la poursuite d’un inventaire.

(11)  Et de termes réels en termes réels, d’objets en objets, de non-gratuité en non-gratuité, dès la sortie de l'homme de l'Éden, notre monde a pris forme à cause de cette objectivation et elle se poursuit encore de nos jours grâce aux instruments de plus en plus perfectionnés qui peuvent percevoir de plus en plus loin,  (et de plus en plus près).

Cependant pour éviter que ce thème ne devienne trop long, il faut couper court.  Après l’apparition du personnage et de ses sens, puis de l’apparition des yeux,  (le regard modifié de l’homme), apparaît ensuite le mal.  Mais pourquoi le mal ?  C’est qu’à l'Origine la personne ne le voyait pas.  En Éden il n’y avait que le Bien qu’elle voyait avec les yeux du coeur.  Et c’est par les yeux du personnage que le mal est venu en ce monde.

Et ce cortège d’objets se poursuit encore de nos jours, et cela depuis le commencement de notre monde, avec toute la non-gratuité qui l’accompagne : l’espèce humaine, la sexualité, l’individu, le couple,  (en dualité et non plus en binité), l’amour humain,  (différent de l'amour divin), la parenté humaine, les sentiments, la peur, la honte, la pudeur, la mesure, la connaissance rationnelle, la mort et ainsi de suite,  (voir toute cette non-gratuité du vêtement de peau au thème 4, en bleu).

(12)  OBJECTIVATION ET ÉVOLUTION

Le phénomène scientifique de l’objectivation n'est pas une théorie comme la théorie de l'évolution mais bien une réalité.  Elle fait partie de notre réalité quotidienne.  Ce phénomène de l'objectivation présenté et décrit ci-haut vient en opposition avec certaines affirmations de la science contemporaine et sa théorie de l’évolution de même que la sélection naturelle des espèces.  On ne considère plus l'homme, (le personnage), comme le produit de l'évolution d'espèces animales.  Le phénomène de l’objectivation appuyée par la Parole de Dieu vient contredire la science actuelle par rapport à l'apparition de la vie sur terre, de l'homme et de son univers,  (Jean, 1,3 - Col. 1, 15 à 17 - Gn 3, 21).  

À l’inverse des créationnistes bibliques traditionnels, les partisans de l’objectivation ne prennent pas les récits de la création tel que décrit dans le Livre de la Genèse à la lettre  (chap. 1 et 2).  Ils les considèrent plutôt comme des mythes, comme des écrits symboliques et imagés de l'époque, comme des fables, qui n'ont aucune valeur scientifique pour expliquer le mode de création par Dieu,  (ils ont une valeur théologique d'autre part !).  Ils ne considèrent pas Dieu comme un magicien ou comme un grand horloger.  Ils ne considèrent pas le monde tel qu'on l'observe actuellement comme étant sorti des mains de Dieu.  Le fait de prendre les récits de la création de la Genèse à la lettre dénote un concordisme* irrationnel, alors que l'on sait très bien que la création par Dieu ne s'est pas réalisée en 6 jours, et on sait très bien que l’auteur,  (ou les auteurs), du Livre de la Genèse n’était pas au courant du concept de l'objectivation qui semblait réservé,  (révélé), pour notre temps.  De même pour ces chrétiens qui considèrent que c’est l’Intelligence et la toute-Puissance de Dieu qui a créé l'homme et son univers, alors que c’est plutôt son Amour - son amour de nuptialité - celui qui 'veut que l'autre soit', avec le consentement ou la participation de la personne de Marie.  Et cette création par Dieu s'est réalisée en un seul Jour : l'Origine, ce Jour que Dieu a fait, et ce Jour est toujours présent..dans l'instant !

(13)  Cette façon de considérer le mode de création par Dieu ainsi que le phénomène de l'objectivation viennent mettre un frein à bien des discussions stériles provoquées par les interrogations sans fin qui découlent des nombreuses affirmations évolutionnistes comme par exemple : comment le cerveau de l’être humain a-t-il pu évoluer à partir du cerveau d’un poisson ?  Comment la transformation des nageoires du poisson crossoptérygien a-t-il donné les jambes et les bras du personnage ?  Comment deux lignées humaines ont-elles pu exister ?   Et ainsi de suite.

(14)  Ici il est bon de mentionner le site suivant :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C'est la Foi qui nous fait comprendre que le monde a été formé par la Parole de Dieu, en sorte que le visible vient de l'invisible,  (Hébreux, 11, 3).
 

*  Voir le Glossaire, thème 3  ou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

**  Il ne s'agit pas de cet entêtement ou de cette mauvaise foi, ce péché contre l'Esprit Saint qui fait qu'une personne ne veut rien savoir de lui..est imperméable à son Amour, toquée, refuse l'Amour de Dieu, son Règne, tout comme la mer qui roule les cailloux sans jamais parvenir à les pénétrer ou comme le feu qui ne réussit jamais à les faire éclater,  (Mathieu,  12, 32).  Mais ce péché contre l’Esprit Saint ne lui sera pardonné ni en ce monde, ni en l’autre.

***  Science et vie, octobre 2005, page 71.


Dernière édition par Admin le Sam 1 Avr - 17:51, édité 15 fois
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

La physique quantique et la matière

Message  Admin le Ven 7 Nov - 20:38



Si on lorgne du coté de la science, de la physique quantique par exemple,  (qui est la science qui se rapproche le plus de l’absolu), et qui surpasse la physique classique quant à l’infiniment petit de la matière, celle-ci nous dit qu’aux limites de la matière dans l’extrêmement petit, cette dernière ne se comporte plus comme de la matière, mais que les particules élémentaires n’ont aucune existence au sens strict, et qu’elles ne sont plus que les manifestations provisoires de 'champs immatériels'.  À un certain stade de l’extrêmement petit, la réalité observable n’est rien d’autre qu’un ensemble de champs.  La réalité existentielle n’existe plus ; elle est sous-tendue par des champs.  À ce stade, les particules élémentaires n’ont aucune existence au sens strict et ne sont que les manifestations provisoires de champs immatériels.

Qu’y a-t-il donc au delà de la réalité physique ?  Plus rien de tangible.   Ainsi, les objets qui nous entourent ne sont autres choses que des ensembles de 'champs' immatériels,  (champ électromagnétique, champ de gravitation, champ protonique, champ électronique) ; des champs qui interagissent en permanence entre eux et qui revient à dire que le 'fond' de la matière est introuvable.  En d’autres mots ce qu’elle nous dit c’est que la réalité existentielle n’existe plus.

Au fond, rien de ce que nous percevons par nos sens et notre esprit n’est vraiment 'réel'.   Ce que nous trouvons au fond de la matière, ce n’est ni une énergie, ni une force, mais quelque chose d’immatériel que la physique quantique désigne sous le nom de 'champs' et qui ressemblent à des propriétés et qui expriment  une 'présence' invisible cachée sous la matière visible.

La physique moderne nous dit que nous sommes plongés au cœur d’une illusion que nous identifions à la Réalité.   Autour de nous la réalité que nous observons n’est qu’illusion, apparences, leurres, hallucinations qui recouvrent la Réalité d’un voile opaque, ce qui rejoint certains passages de l’Ecclésiaste  («vanité des vanités tout n’est que vanité»…etc.).

Le physicien Bernard d’Espagnat nous parle d’un 'réel voilé' ou d’un voile qui recouvre la matière.  Mais qui a-t-il donc derrière ce voile ?  C’est ce que la physique quantique moderne tente de répondre.

Désormais, il existe un point d’appui scientifique aux conceptions proposées par la religion.  Il existe une sorte de convergence entre le travail du physicien et celui du philosophe.  Les nouveaux progrès des sciences permettent d’entrevoir une alliance encore obscure entre les savoirs des physiciens et ceux de la connaissance théologique, entre la science et le mystère suprême,  (Dieu).

En ce début du 21ème siècle nous entrons, en aveugles, dans un monde 'métaphysique'.  Avec les quarks, commence le domaine de la pure abstraction.   Le quark serait une sorte de 'médiateur' entre deux mondes.  On reconnaît maintenant que notre connaissance de la réalité existentielle est fondée sur une dimension non matérielle qui transcende l’espace et le temps.  Notre univers de temps, d’espace et de matière n’est que l’apparence d’une réalité plus profonde située par delà l’espace et le temps.  Aux limites de la matière, le temps et l’espace sont anéantis ou n’existent pas ; l’espace et le temps sont des illusions au théâtre de la Réalité.  Ce que la physique quantique est en train de nous dire c’est qu’aux limites de la matière, celle-ci n’est plus de la matière mais du quasi spirituel ; la physique du 21ème siècle touche étrangement à la métaphysique.
avatar
Admin
Admin


http://www.laspiritualitedesmarlierains.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum